Première assemblée consulaire de l’année 2015:La CCIB adopte son plan stratégique de développement

Par Bruno SEWADE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Les élus de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (CCIB) ont tenu, vendredi 6 mars dernier, au siège de l’institution à Cotonou, leur première assemblée de l’année 2015. Cette assemblée générale qui est une étape importante de la vie de la chambre a été une occasion pour valider non seulement le budget prévisionnel et les documents de planification et de programmation mais aussi le plan quinquennal et le plan stratégique de développement 2015-2021 de la mandature que préside depuis treize mois Jean-Baptiste Satchivi.

LIRE AUSSI:  Interdiction de vente d’agouti au Bénin: La levée de la mesure très attendue à Allada

«A l’horizon 2019, la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin est l’institution d’appui au développement et au rayonnement des entreprises du Bénin dans le monde entier. Présente sur toute l’étendue du territoire national, la CCIB est le porte- étendard du savoir-faire béninois à l’international ». C’est la vision de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin dont est titré le fondement du Plan de travail et de développement des activités qui a été validé vendredi dernier par les élus consulaires au cours de la première assemblée consulaire de l’année 2015.
A l’ouverture des travaux, le président de la CCIB Jean-Baptiste Satchivi a rappelé les réalisations qui ont été faites depuis l’installation des élus consulaires il y a 13 mois. Pour lui, la CCIB est inscrite désormais dans une dynamique de gouvernance financière respectueuse des principes et de l’orthodoxie en matière de gestion. A cet égard, le Bureau exécutif qu’il préside a pris les dispositions idoines, en liaison avec le ministère de tutelle.
«Maintenant, nous avons besoin d’engager les réformes en renforçant notre action en matière de service direct aux entreprises, en faisant le choix d’un accompagnement globalisé et plus efficace pour les porteurs de projets, les chefs d’entreprises et les opérateurs économiques, créateurs de richesses et d’emplois», a souligne Jean-Baptiste Satchivi. Pour lui, la politique de la CCIB en matière de formation doit également être rénovée, afin de tendre vers un objectif d’excellence avant la fin de leur mandat.

LIRE AUSSI:  1ère session ordinaire du conseil communal de Dangbo: Les conseillers frondeurs bloquent les travaux

Un seul objectif

Le président de la CCIB estime que toutes les actions de l’institution, quel que soit le domaine dans lequel elles sont enregistrées, doivent avoir un seul objectif ; dynamiser le tissu économique béninois et offrir aux membres de son institution des possibilités d’accroissement de leurs résultats ou tout le moins de protéger leurs activités. Et pour traduire cet objectif en réalité, estime-t-il, seul un travail en synergie garantira le succès.
Le ministre de l’Industrie, du Commerce, des Petites et moyennes Entreprises Françoise Assogba qui a procédé à l’ouverture des travaux de cette première assemblée consulaire de l’année 2015, a rappelé qu’après les années de léthargie qu’a traversé l’institution consulaire, la tenue d’une première assemblée consulaire en 2014 et la diligence qui a été faite ont permis l’élaboration des différents documents. Ces derniers ont fait l’objet de l’assemblée générale du vendredi dernier. Elle estime qu’au sortir de cette assemblée consulaire, la CCIB se dotera d’une nouvelle chance de renouer avec ses années de gloire.
Pour Françoise Assogba, le Bénin à l’instar des autres pays du monde fait face à une succession de crises cycliques qui fragilisent son économie et inhibent tous les efforts du gouvernement pour juguler leurs impacts sur le bien-être de la population. Toutefois, sans se laisser aller au découragement, le gouvernement, selon elle, s’attèle grâce à des réformes à relancer l’économie béninoise par l’amélioration des facteurs de production, l’amélioration de l’environnement des affaires, le palliatif aux nombreuses défaillances structurelles et conjoncturelles, le tout animé par une politique économique inclusive. Le secteur privé, selon elle, occupe une place de choix dans toutes ces réformes et politiques publiques et est plus que jamais sollicité pour apporter sa contribution à ces efforts louables qu’il faut saluer même si les résultats ne seront perceptibles qu’à moyen et long termes.