Premier conseil des ministres du nouveau gouvernement: Boni Yayi annonce la dissolution de l’IGE

Par LANATION,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le nouveau gouvernement du président de la République a tenu, samedi 20 juin dernier, son tout nouveau Conseil des ministres. Il ressort de cette réunion des annonces fortes dont celle de la dissolution de l’Inspection générale d’Etat.

LIRE AUSSI:  Gestion de la crise sanitaire du coronavirus: Le Bénin cité en exemple

Il s’agit d’une décision forte du tout nouveau gouvernement du président de la République. Boni Yayi en personne a annoncé, lors du Conseil des ministres inaugural samedi dernier, la dissolution de l’Inspection générale d’Etat (IGE). «Cet organe sera remplacé par un autre qui disposera d’une autonomie financière, d’une indépendance pour la réalisation de sa mission. C’est une seconde génération d’IGE que nous voulons lancer», souligne le chef de l’Etat en Conseil. Boni Yayi annonce également la réalisation d’un audit des activités de tous les délégués de contrôle financier et des comptables publics. Il exhorte aussi l’ensemble du secteur de la justice à se joindre au gouvernement pour mener une lutte implacable contre l’impunité «Il nous faut une justice totalement neutre et républicaine. Nous devons ajuster les choses. Il vaut mieux prendre des mesures douloureuses aujourd’hui et qui consolide l’unité nationale demain», martèle-t-il.
Ces décisions plantent en réalité le décor de la nouvelle orientation des actions du gouvernement qui, aux dires du chef de l’Etat, seront centrées sur la lutte contre la corruption. «Chacun doit donner le bon exemple et nous devons revoir nos mentalités. Nous devons affiner la lutte contre la corruption, sans laquelle il ne peut jamais avoir de réduction de la pauvreté», souligne-t-il.
Le président de la République se dit particulièrement préoccupé par le scandale du PPEA au sujet duquel il rassure les partenaires hollandais que les auteurs et complices de détournement seront traduits devant la justice, dès que l’audit commandité par le gouvernement va rendre son rapport.
Le chef de l’Etat est revenu sur d’autres défis que son gouvernement entend relever, en l’occurrence la question des infrastructures, de l’emploi des jeunes et l’amélioration du climat des affaires. S’agissant de l’environnement des affaires, il indique que le gouvernement fera le nécessaire afin que le projet de loi sur le partenariat public-privé comme mode de financement des infrastructures soit adopté par le Parlement.

LIRE AUSSI:  Cour suprême: Le dossier de Léhady Soglo renvoyé au 21 février prochain

Déclaration des biens !

La lecture de la charte et la signature de la charte de fonctionnement du gouvernement constituent souvent l’un des temps forts du Conseil des ministres. Cette charte établie depuis 2006 instruit l’ensemble du gouvernement à respecter scrupuleusement les dix prescriptions qui la gouvernent. Il s’agit de la primauté de l’intérêt général, la responsabilité, l’intégrité, l’équité, la solidarité, la transparence, l’ouverture d’esprit, la civilité et la reddition des comptes.
En faisant son commentaire sur ce document, Boni Yayi a demandé à ses ministres de faire, dans les délais prescrits par la Constitution, leur déclaration de biens. «Nous devons d’ailleurs demander à l’autorité de lutte contre la corruption de rendre publique la liste des ministres sortants qui n’ont pas fait de déclaration de bien à leur sortie du gouvernement », affirme-t-il, insistant que l’exemple de bonne gouvernance doit d’abord venir des gouvernants eux-mêmes.
Le Premier ministre, Lionel Zinsou a exprimé sa gratitude et celle de ses collègues pour la confiance que le chef de l’Etat a placée en eux. Les propos de Boni Yayi, souligne-t-il, véhiculent des messages forts touchant l’action gouvernementale, ses principes républicains, la lutte contre la corruption, la qualité de la gouvernance, la transparence et la reddition des comptes. « Nous agirons avec l’idée que la bonne manière de servir nos compatriotes et la mère patrie, c’est d’être fidèle à ses institutions, à la Constitution, aux orientations que vous donnez en tant que président de la République. Nous sommes à l’écoute de la population, des problèmes les plus quotidiens des Béninois », soutient-t-il. Et de conclure: «Un atout fondamental de notre pays pour réussir en matière économique, sociale, pour régler les problèmes d’emploi et de vie quotidienne, c’est d’être une République. Vous avez insisté sur la République qui respecte ses principes fondamentaux et les principes généraux du droit. C’est un message que nous écoutons tous avec humilité devant vous et devant nos compatriotes pour les servir ».