« Précis de pratique et de correspondance diplomatiques et consulaires »: Marc Hermanne Araba comble un vide en milieu diplomatique

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Fin connaisseur des exigences du milieu diplomatique, l’ambassadeur Marc Hermanne Araba vient de publier « Précis de pratique et de correspondance diplomatiques et consulaires ».
L’ouvrage dont le lancement aura lieu le 12 novembre apporte des précisions sur des aspects techniques et administratifs dans ce milieu de grandes exigences.

LIRE AUSSI:  Planification du Ccr de la nutrition dans l'Atlantique-Littoral: Le Sp-Can outille les cadres de concertation communaux

Un diplomate qui met à la disposition des acteurs des milieux consulaire et diplomatique un « Précis de pratique et de correspondance diplomatiques et consulaires ».
L’exercice n’est pas courant, mais on le doit à l’ambassadeur Marc Hermanne Araba. 270 pages à travers lesquelles, ce ministre plénipotentiaire des Affaires étrangères partage des notions, techniques et précisions sans lesquelles l’administration diplomatique ne pourrait faire convenablement face à ses exigences.
Jacques Adandé, ambassadeur à la retraite et préfacier de l’œuvre, estime que cette publication vient à point nommé pour combler un vide et satisfaire un besoin dans l’administration diplomatique. « J’apprécie en particulier les aspects techniques et administratifs ainsi que les usages… qui, en fait, sont des outils relationnels extrêmement efficaces dans l’exercice de notre profession »,
indique-t-il. Pour ce diplomate qui ne tarit pas d’éloges sur l’ouvrage, « les jeunes diplomates gagneraient énormément à s’en inspirer et à redonner cours à certaines pratiques qui ont traversé avec succès les siècles et les âges ».
Au fil des pages de « Précis de pratique et de correspondance diplomatiques et consulaires »,
le profane découvre les usages qui font la spécificité du milieu diplomatique et pourrait ainsi se convaincre des exigences qu’imposent certaines cérémonies. Mais au-delà du profane, c’est davantage le diplomate qui a tout à gagner en feuilletant le livre de l’ambassadeur Araba. Un chapitre entier et fort bien détaillé est consacré aux cas pratiques et protocoles situationnels.

LIRE AUSSI:  Sécurité alimentaire et nutritionnelle des enfants: Le projet INFLOR officiellement lancé au Bénin

Précieux vade-mecum

Le chapitre premier est dédié aux correspondances administratives et diplomatiques. L’auteur y aborde, entre autres, la correspondance administrative, les caractéristiques et les formes spécifiques de la correspondance diplomatique. Dans le chapitre 2, il évoque le choix du chef de mission diplomatique, sa demande d’agrément, sa nomination, la notification de nomination, la mise en route, l’arrivée, la prise de service et la prise de fonctions… Le Chapitre 3 est charpenté sur le même modèle, mais porte plutôt sur le chef du poste consulaire. L’action diplomatique dans toutes ses spécificités est abordée dans le chapitre 4, alors que le chapitre 5 se focalise sur « les mondanités et usages diplomatiques ». Le chapitre 6 du livre se révèle le plus intéressant à maints égards. Il prend en compte la pratique diplomatique à travers des cas pratiques et protocoles situationnels. Une sorte de Bible pour l’agent diplomatique qui y trouve le condensé de ce qu’est appelée à être sa carrière. Les pages sont bien aérées, les exemples illustrés au besoin. L’ouvrage est écrit dans un langage clair et concis avec la culture et l’élégance de style que l’on reconnaît à son auteur, ainsi que le souligne le préfacier.
Il s’agit, en somme, « d’une contribution importante à la formation et à la culture des agents diplomatiques. Nous devons l’en féliciter parce qu’il nous rassure que notre pays dispose encore et disposera à l’avenir d’un personnel diplomatique capable de le servir avec compétence et efficacité » salue aussi Jacques Adandé. Si l’ouvrage est autant apprécié et même très attendu avant son lancement officiel, c’est sans doute parce qu’en matière de diplomatie, tout ne s’enseigne pas dans les institutions universitaires. Le parcours du bon et vrai diplomate se forge aussi à l’épreuve de la pratique. Les vrais réflexes de la pratique quotidienne s’apprennent aussi sur le tas et se peaufinent au contact des aînés. Malgré cette passation de savoir, d’une promotion de diplomates à une autre, la qualité de l’offre s’altère. Ce précis vient un peu comme pour combler tout ces vides, mais surtout renforcer la connaissance dans le milieu. Il est donc vraiment un « vade-mecum » que l’auteur partage humblement avec ses collègues ainsi qu’avec les étudiants en fin de formation, à travers une palette de situations pratiques et quotidiennes.

LIRE AUSSI:  Lutte contre la cybercriminalité à Parakou: Quatre personnes dans les mailles de l’opération « Rambo »

De l’auteur…

L’ambassadeur Marc Hermanne Araba est diplômé de l’Institut ukrainien des relations internationales de Kiev. Il est ministre plénipotentiaire des Affaires étrangères et ancien secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. A la faveur d’un parcours professionnel de plus d’une vingtaine d’années, il a occupé de nombreux postes dans le milieu diplomatique. Le Conseil des ministres du mercredi 14 octobre dernier l’a nommé ambassadeur, représentant permanent du Bénin près les Nations Unies à New-York.