Pratique de sorcellerie (sur fond de cybercriminalité): Les quatre accusés écopent de 15 ans de prison

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Statuant en matière criminelle, le Tribunal d’Abomey-Calavi a connu d’une affaire d’assassinat et de séquestration requalifiée en pratique de charlatanisme puis en pratique de sorcellerie. Encore une fois, la conséquence de l’avidité d’élèves qui virent dans la cybercriminalité. Au terme de l’audience, les quatre accusés, nommément Ambroise Adjibahou, Samson Vidjinnagni, Kalid Amoussa et Samson Djibril Houssou, ont été reconnus coupables de pratiques de sorcellerie et ont été condamnés à 15 ans de réclusion criminelle.

LIRE AUSSI:  Secteur agricole et de la transformation dans l'Atacora-Donga: Des ministres à l’écoute de promoteurs d’initiatives individuelles

Quinze ans de prison pour Ambroise Adjibahou, Samson Vidjinnagni, Kalid Amoussa et Samson Djibril Houssou coupables de pratiques de sorcellerie sur fond de cybercriminalité. Telle est la sentence du tribunal d’Abomey-Calavi qui a statué sur l’affaire.
Avis aux cybercriminels, obnubilés par le gain facile et qui sont prêts à tout, même à vendre leurs âmes, pour devenir riches. Il y en a de plus en plus, qui délaissent les bancs pour s’accrocher aux claviers d’ordinateurs, aux amulettes, aux fétiches… au péril de leur propre vie. Comment comprendre que des adolescents régulièrement scolarisés tombent aussi vite dans ces revers ? Elève en classe de terminale, Carlos Atchoun n’avait qu’à bien apprendre ses leçons pour préparer son Baccalauréat. Loin de là, il a préféré embrasser la cybercriminalité avec deux autres compagnons, les nommés Kalid Amoussa et Samson Djibril Houssou. Et, pour rapidement faire fortune, les trois jeunes ont demandé conseil au nommé Samson Vidjinnagni qui les a conduits chez Ambroise Adjibahou, digne fils de féticheur. Très vite, celui-ci a proposé à la troupe la confection d’un fétiche nommé Kinninsi qui nécessiterait un crâne humain. Mais, depuis le jour où l’élève Carlos Atchoun est allé à la rencontre du sieur Ambroise Adjibahou pour la confection dudit fétiche, il est porté disparu, et ce, jusqu’à ce jour. Interpellées, toutes les personnes impliquées nient les faits d’assassinat et de séquestration à leur charge. Par défaut du corps de la victime, l’infraction sera requalifiée en pratique de charlatanisme. Et c’est pour ces faits que les nommés Ambroise Adjibahou, Samson Vidjinnagni, Kalid Amoussa et Samson Djibril
Houssou ont été convoqués mardi 28 juillet dernier. Toujours en détention, seul Ambroise Adjibahou, s’est présenté au tribunal d’Abomey-Calavi. Les autres accusés, ayant bénéficié entre temps d’une mise en liberté provisoire, n’ont pas daigné comparaître.
Coupables au même degré

LIRE AUSSI:  Campagne cotonnière dans la zone Nord: Encore 100 000 tonnes à évacuer vers les usines d’égrenage

A l’entame de l’audience, le ministère public a certifié que les absents ont été régulièrement cités et a demandé au tribunal de les juger par défaut. Leurs avocats ont, quant à eux, suggéré que leur cas soit disjoint et renvoyé à une session ultérieure.
Invité à prendre ses réquisitions, le ministère public a indiqué que c’est pour défaut de corps que les faits d’assassinat et de séquestration ont été requalifiés en pratiques de charlatanisme et trouble à l’ordre public. Après avoir présenté les éléments constants qui établissent la constitution de l’infraction et la culpabilité des accusés, il a requis contre l’accusé principal Ambroise Adjibahou une peine de quinze ans de réclusion criminelle ; et contre les trois autres à savoir : Samson Vidjinnagni, Kalid Amoussa et Samson Djibril Houssou, cinq ans de réclusion criminelle assorti d’un mandat d’arrêt.
Pour l’avocat d’Ambroise Adjibahou, l’infraction de pratique de charlatanisme pour laquelle son client est poursuivi n’est pas constituée. Par conséquent, il a plaidé pour sa relaxe pure et simple ou pour sa relaxe au bénéfice du doute. Après en avoir délibéré, le tribunal a fait observer qu’il n’y a pas lieu de disjoindre le cas de l’accusé Ambroise Adjibahou présent de celui des trois accusés absents. Aussi a-t-il requalifié les faits de pratiques de charlatanisme en faits de pratiques de sorcellerie. Sur cette base, le tribunal a reconnu tous les accusés coupables des faits au même degré et les a tous condamnés à 15 ans de réclusion criminelle. Ambroise Adjibahou, est en train de fermer six ans de détention. Il a encore neuf ans devant lui pour recouvrer sa liberté. Quant aux trois autres accusés absents et condamnés par défaut à savoir Samson Vidjinnagni, Kalid Amoussa et Samson Djibril Houssou, ils sont l’objet d’un mandat d’arrêt.

LIRE AUSSI:  Affaire de "faux médicaments": L'article 90 de la Constitution sauve momentanément le député Atao devant le juge

Les faits

Elève en classe de terminale, Carlos Otchoun, dans le dessein de faire fortune, s’est associé aux nommés Samson Djibril Houssou et Kalid Amoussa dans le but de mener des activités cybercriminelles. Pour parvenir à des gains consistants comme certains jeunes garçons de leur âge, ils se sont rapprochés du nommé Samson Vidjinnagni qui les a conduits au domicile de la famille Adjibahou sise à Godomey, célèbre dans la pratique de charlatanisme. Une fois sur les lieux, ils y ont rencontré le nommé Ambroise Adjibahou, dont le père est un tradi-thérapeute et féticheur de renom en détention, à qui ils ont remis bien souvent le nom des Blancs qu’ils envisageaient escroquer, pour des prières d’hypnose. Suite à ces premières expériences peu concluantes, Ambroise Adjibahou a promis d’aider les jeunes cybercriminels à se doter du fétiche « Gambada » ou du fétiche « Kinninsi ». Finalement, ils ont opté pour le premier fétiche. Mais, suite à une mésentente survenue entre eux, Samson Djibril Houssou, en compagnie de Carlos Otchoun, a retourné le fétiche à son propriétaire. Informés, Samson Vidjinnagni et Kalid Amoussa sont repartis voir Ambroise Adjibahou pour récupérer le fétiche, à l’insu de Carlos Otchoun et de Samson Djibril Houssou. Informés à leur tour de la démarche solitaire de leurs compagnons, Carlos Otchoun et Samson Djibril Houssou sont à nouveau repartis voir Ambroise Adjibahou qui, cette fois-ci, les a convaincus de se faire introniser le fétiche « Kinninsi », beaucoup plus efficace à ses dires. Après leur avoir vanté les prouesses et les mérites des deux catégories du fétiche « Kinninsi », il a alors requis d’eux certains ingrédients dont un crâne humain. Ensemble, ils ont convenu de se revoir le vendredi 20 juin 2014 en vue de la confection dudit fétiche. La veille, Ambroise Adjibahou s’est rendu au quartier Akpakpa pour les convaincre à nouveau, demandant à Samson Djibril Houssou de laisser venir seul son ami pour prendre le fétiche. C’est ainsi que le samedi 21 juin 2014, aux environs de dix heures du matin, Carlos Otchoun a fait savoir à son ami Samson Djibril Houssou son programme de se rendre à Zè à la rencontre d’Ambroise Adjibahou en vue de la confession du fétiche. Une fois en route, Carlos Otchoun est resté en contact téléphonique avec son ami, lui faisant le compte rendu régulier de la situation jusqu’à la mise hors de service de sa ligne téléphonique et sa disparition totale jusqu’à ce jour.
Poursuivis pour assassinat et séquestration, les nommés Ambroise Adjibahou, Samson Vidjinnagni, Kalid Amoussa et Samson Djibril Houssou n’ont pas reconnu les faits ni à l’enquête préliminaire, ni lors de leur première comparution, encore moins lors de l’information dont la fin a été sanctionnée par un non-lieu pour les faits d’assassinat et de séquestration du fait que le corps de Carlos n’a jamais été retrouvé n

LIRE AUSSI:  Levées d’immunité parlementaire: Les députés Bako, Djènontin et Atao livrés à la justice

Composition du Tribunal :

Président : Arnaud Toffoun

Assesseurs :
Gabriel Affognon,
Eudoxie Akakpo,
Lucien Djimènou,
Serge Hounnouvi.

Ministère public : da Matha Adéola.

Greffier : Fabius Essou