Poursuivi pour coups mortels: Méré Diko condamné à 8 ans de réclusion criminelle

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Droits et devoirs |   Commentaires: Aucun


Mardi 17 décembre, le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou statuant en matière criminelle, pour le compte de l’avant -dernier dossier inscrit au rôle, a condamné Méré Diko à huit ans de réclusion criminelle. Il y était poursuivi pour coups mortels.

LIRE AUSSI:  Innovations dans la Constitution: « La mesure à l’endroit des femmes est une avancée mais, il reste… », soutient Françoise Agbaholou

Après délibération et statuant sur les faits de coups mortels, le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou pour sa première session criminelle, a condamné Méré Diko à huit ans de réclusion criminelle.
A la barre, l’accusé a déclaré que rien ne l’opposait à son frère qui a souvent sinon toujours pourvu sans condition à tous ses besoins. Selon l’accusé, la victime serait tombée suite au coup qu’il lui a porté. Il dit avoir agi sous l’emprise d’une force inexplicable et que la victime lui confiait même les revenus des soins qu’il administrait aux malades, car c’est un guérisseur attitré. Il a déclaré regretter profondément le drame survenu et sollicité la clémence des juges.
Dans ses réquisitions, le ministère public pense que le crime de coups mortels est constitué. Le coup porté et l’instrument dont l’accusé s’est servi pour l’administrer sont évocateurs de l’intention. Il a requis de le condamner à huit ans de réclusion criminelle.
La défense représentée par Me Roland Adjakou a déploré le décès de la victime et imploré la clémence du tribunal. Méré Diko a été poussé et animé par une force occulte qui a pu lui tourner la tête et le contraindre à commettre l’irréparable. Pour lui, les enfants de Méré Diko ne sont plus là mais il aurait souhaité que son client retourne à la maison pour voir son nouveau-né qu’il a à peine vu depuis sa naissance.
Le tribunal se retire ; et après délibération, a condamné Méré Diko à huit ans de réclusion criminelle.

LIRE AUSSI:  Présidentielle de 2016: Les violations du code électoral dénoncées, rappel des dispositions légales

Les faits

Le nommé Méré Diko a perdu successivement dans des conditions inexpliquées trois enfants et soupconne son frère Karakou Saré d’en être à l’origine. Le 15 mai 2017, après le décès du troisième enfant, une altercation l’a opposé à Karakou Saré. A cette occasion, il lui asséna un coup de hache à la tête. Ce dernier rendit l’âme quelques jours après.
Inculpé pour de coups mortels, Méré Diko a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure.

Composition du tribunal

Président : Lionel Dossou- Nouatin

1er assesseur : Nivaly Settin
2e assesseur : Marius Ogou
3e assesseur : Hervé T. C. Houdégbé
4e assesseur : Richard Akodossi

Ministère public : David Alain Amoussou Sossa

Greffier : Sédou Tabé Bio