Pour viol sur mineure âgée de 10 ans: Barnabé Edou écope de 15 années de réclusion criminelle

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Droits et devoirs |   Commentaires: Aucun


Inculpé et poursuivi pour des faits de viol commis sur une mineure âgée de 10 ans,
Barnabé Edou a été jugé, vendredi 15 novembre dernier, par le tribunal de première instance de deuxième classe de Lokossa, siégeant en matière criminelle. Déclaré coupable, il a écopé de 15 ans de réclusion criminelle.

LIRE AUSSI:  Session du CAMES: Dandi Gnamou consacrée professeure titulaire en Droit public

Inculpé pour viol sur mineure âgée de 10 ans, Barnabé Edou, de nationalité béninoise, mis en cause du douzième dossier, ayant comparu, vendredi 15 novembre dernier, au tribunal de Lokossa, n’a pas pu se défaire des liens de la Justice.Il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle et va devoir poursuivre son séjour à la prison civile de Lokossa jusqu’en 2027.Les faits pour lesquels il est condamné sont prévus et punis par l’article 332 de l’ancien Code pénal et les articles 6 et 353 du Code pénal nouveau.
Mais à la barre du Tpi de Lokossa, l’accusé n’a pas reconnu les faits. Pourtant, il ne les avait pas niés aux autres étapes de la procédure, selon le président du tribunal, le magistrat Bienvenu Anagonou. Dans la logique de son client, Me Julien Togbadja assurant sa défense argumente que ce douzième dossier présente assez de faiblesses. L’avocat relève l’absence de la partie civile pour apporter la contradiction à son client ainsi que l’absence des témoins à charge. « Il n’y a pas de pièces à conviction », insiste-t-il. « Il est prétendu que la robe kaki de la victime serait maculée de sang mais on ne nous a présenté aucune robe à l’audience. Il est prétendu que la photo présentée est celle de la fille au moment des faits, ce que conteste l’accusé », note Me Julien Togbadja pour qui, il ne faut statuer qu’en étant convaincu à partir de constatations irréfragables, à partir de choses bien établies. « Dans le doute, il faut s’abstenir de peur de commettre une erreur judiciaire », a soutenu la défense en espérant convaincre le tribunal de ne pas suivre le ministère public dans ses réquisitions ni l’avocat de la victime, Me Jean-Claude Gbogblénou.
Mais au délibéré, le jugement a sonné telle une désillusion pour l’accusé et sa défense. Le tribunal, en déclarant Barnabé Edou coupable d’avoir entretenu des relations sexuelles non consenties avec la nommée Ch. S. âgée de 10 ans et d’avoir ainsi commis le crime de viol sur mineure, a fondé sa décision sur l’ensemble des articles 249 à 383 ; 361 et 826 à 833 du Code de procédure pénale ainsi que sur les articles 34, 35 du Code pénal, 359, 15 à 818 du Code de procédure pénale, 36 et 37 du Code pénal et 365 du Code de procédure pénale.

LIRE AUSSI:  Me Ayodélé Ahounou du barreau béninois: «Les auteurs de vindicte populaire risquent la prison à perpétuité»

La scène du viol

Vendredi 15 juin 2012, à Sokouhoué, dans la commune de Djakotomey, la nommée Ch. S., alors âgée de dix ans, rentrait de l’école, ensemble avec ses camarades Gbada Sossou et Sévi Tchodo, lorsque surgit de la brousse Barnabé Edou. Armé de coupe-coupe et menaçant, il réussit à entraîner la petite dans les profondeurs d’une palmeraie où il entretint avec elle des rapports sexuels forcés. Après son forfait, il l’abandonna sur les lieux, et elle a été retrouvée gisant dans du sang, par sa mère alertée par la nommée Gbada Sossou. Conduite d’urgence à l’hôpital où des soins lui ont été prodigués, elle a été sauvée de justesse. Interpellé et inculpé de viol sur mineure, Barnabé Edou a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure.

Composition du tribunal

Président : Bienvenu Anagonou
Assesseurs : Jocelyn Gbaguidi, Firmin Amoussou, Gédéon
Adjiboye, Mohamed Obonou
Ministère public : Éric E. Fidematin
Greffier : Olivier Alognon