Pour non port de cache-nez à Parakou:Des agents de santé et garde-malades appréhendés au Chud-Borgou

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Société |   Commentaires: 1


La phase répressive pour le non-respect des mesures barrières est-elle devenue réalité à Parakou et dans les autres communes du Borgou ? Tout porte à le croire, avec l’arrestation de plusieurs agents de santé et garde-malades, lundi 18 janvier dernier au Chud du Borgou, à Parakou, par les éléments de la Police républicaine. C’est sur ordre du directeur départemental de la Santé du Borgou, le médecin colonel Ibrahim Mama Cissé.

LIRE AUSSI:  Hackerlab: L’édition 2020 prévue pour septembre prochain

Dans les communes du Borgou dont la ville de Parakou, avec le vent de l’harmattan qui souffle, le nombre de cas dépistés positifs au Covid-19 ne cesse d’augmenter ces derniers jours. Passée la phase de sensibilisation, le moment est donc venu de réprimer. L’objectif, soutient le directeur départemental de la Santé du Borgou, le médecin colonel Ibrahim Mama Cissé, c’est d’amener les populations à respecter strictement les gestes barrières contre la Covid-19.
En effet, dans les prochains jours, a averti le médecin colonel, la phase de répression proprement dite va démarrer avec la collaboration de la police. De la ville de Parakou, l’opération va s’étendre aux autres communes du Borgou. En attendant, la mesure est déjà mise en application au Chud-Borgou.
« La charité bien ordonnée commence par soi-même. Il faut balayer d’abord sa maison avant de s’occuper de la cour des autres », a indiqué le directeur départemental de la Santé, Ibrahim Mama Cissé, pour expliquer l’acte posé au Chud-Borgou, lundi 18 janvier dernier, avec les arrestations auxquelles les policiers ont procédé. « De nombreux agents de santé et garde-malades ont été pris. Certains parmi eux ont été déférés et d’autres seront verbalisés. Des agents de santé qui, dans l’exercice de leur métier, ne portent pas de masques seront sévèrement punis. Quant au personnel non-soignant, il sera verbalisé par la police », a poursuivi le médecin colonel.
Le médecin colonel n’apprécie pas la progression que connait la maladie de la Covid-19 dans le département du Borgou en général et la commune de Parakou en particulier. « Le nombre de cas dépistés de décembre 2020 au 15 janvier dernier, est supérieur à celui enregistré au cours des 10 mois précédents », a-t-il fait observer. « Autrement dit, en 45 jours, nous avons eu dans le département du Borgou, plus de cas qu’au cours des dix derniers mois. Et 88 % de ces cas sont dans la commune de Parakou», insiste-t-il. « Nous sommes montés au créneau pour sensibiliser les différentes couches de la population. Nous avons même fait appel aux leaders religieux, chefs traditionnels et aux têtes couronnées, pour faire respecter les mesures barrières », a rappelé Ibrahim Mama Cissé. Mais, déplore-t-il, force est de constater que les populations ont de façon généralisée délaissé les masques.
« Dans les mosquées, rares sont ceux qui portent encore des masques. Lorsque quelqu’un le porte, il est presque stigmatisé. On le regarde comme s’il était un extraterrestre. Au niveau des marchés et des établissements scolaires, n’en parlons même plus. On a délaissé les masques. Dans la plupart des services, les dispositifs de lavage des mains ne fonctionnent plus. On ne se lave plus les mains de façon systématique. La distanciation n’est plus respectée. Les attroupements se font de plus belle et les cérémonies, mariages, baptêmes et enterrements se font maintenant en masse, au mépris des mesures barrières», a-t-il fustigé.

LIRE AUSSI:  Année scolaire 2019-2020: Un programme spécial pour les écoles inondées