Pour  insuffisance de résultats: 87 directeurs de Ceg déchargés 

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


87 directeurs de Collège d’enseignement général (Ceg) ont été relevés de leurs fonctions pour insuffisance de résultats aux examens au titre de l’année scolaire 2018-2019 notamment au Brevet d’études du premier cycle (Bepc) et au Baccalauréat. Ils ont été purement et simplement déchargés par le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo. Ceci par arrêté N°51/Mestfp/Dc/Sgm/Daf/Srhds/Dprf/Sa/058 Sgg19 portant décharge de responsables administratifs et pédagogiques des établissements d’enseignement secondaire général, technique et professionnel en date du vendredi 13 septembre dernier. Les 87 chefs d’établissement concernés se retrouvent un peu partout sur le territoire national. On note 12 dans le département de l’Alibori, 9 dans l’Atacora ; 3 dans l’Atlantique ; 2 dans le Borgou ; 24 dans les Collines ; 6 dans le Couffo ; 8 dans la Donga ; 8 dans le Mono ; 3 dans l’Ouémé ; 4 dans le Plateau et 8 dans le Zou. Seul le département du Littoral n’a pas été épinglé et a été épargné du couperet du ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle. Les 87 directeurs suspendus sont placés en position d’adjoint pendant deux années, précise l’acte. Un autre arrêté a été pris aussitôt par l’autorité ministérielle pour procéder à leur remplacement. Les nouveaux chefs d’établissement d’enseignement secondaire général, technique et professionnel promus savent désormais à quoi s’en tenir pour ne pas subir eux aussi le même sort à l’issue de l’année scolaire 2019-2020 qui démarre officiellement le lundi 16 septembre prochain sur l’ensemble du territoire national.

LIRE AUSSI:  Les candidats ont affronté les épreuves et la pluie hier à Lokossa

87 directeurs de Collège d’enseignement général (Ceg) ont été relevés de leurs fonctions pour insuffisance de résultats aux examens au titre de l’année scolaire 2018-2019 notamment au Brevet d’études du premier cycle (Bepc) et au Baccalauréat. Ils ont été purement et simplement déchargés par le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo. Ceci par arrêté N°51/Mestfp/Dc/Sgm/Daf/Srhds/Dprf/Sa/058 Sgg19 portant décharge de responsables administratifs et pédagogiques des établissements d’enseignement secondaire général, technique et professionnel en date du vendredi 13 septembre dernier. Les 87 chefs d’établissement concernés se retrouvent un peu partout sur le territoire national. On note 12 dans le département de l’Alibori, 9 dans l’Atacora ; 3 dans l’Atlantique ; 2 dans le Borgou ; 24 dans les Collines ; 6 dans le Couffo ; 8 dans la Donga ; 8 dans le Mono ; 3 dans l’Ouémé ; 4 dans le Plateau et 8 dans le Zou. Seul le département du Littoral n’a pas été épinglé et a été épargné du couperet du ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle. Les 87 directeurs suspendus sont placés en position d’adjoint pendant deux années, précise l’acte. Un autre arrêté a été pris aussitôt par l’autorité ministérielle pour procéder à leur remplacement. Les nouveaux chefs d’établissement d’enseignement secondaire général, technique et professionnel promus savent désormais à quoi s’en tenir pour ne pas subir eux aussi le même sort à l’issue de l’année scolaire 2019-2020 qui démarre officiellement le lundi 16 septembre prochain sur l’ensemble du territoire national.

LIRE AUSSI:  Les candidats ont affronté les épreuves et la pluie hier à Lokossa

Pour  insuffisance de résultants: 87 directeurs de Ceg déchargés 

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


 

87 directeurs de Collège d’enseignement général (Ceg) ont été relevés de leurs fonctions pour insuffisance de résultats aux examens au titre de l’année scolaire 2018-2019 notamment au Brevet d’études du premier cycle (Bepc) et au Baccalauréat. Ils ont été purement et simplement déchargés par le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo. Ceci par arrêté N°51/Mestfp/Dc/Sgm/Daf/Srhds/Dprf/Sa/058 Sgg19 portant décharge de responsables administratifs et pédagogiques des établissements d’enseignement secondaire général, technique et professionnel en date du vendredi 13 septembre dernier. Les 87 chefs d’établissement concernés se retrouvent un peu partout sur le territoire national. On note 12 dans le département de l’Alibori, 9 dans l’Atacora ; 3 dans l’Atlantique ; 2 dans le Borgou ; 24 dans les Collines ; 6 dans le Couffo ; 8 dans la Donga ; 8 dans le Mono ; 3 dans l’Ouémé ; 4 dans le Plateau et 8 dans le Zou. Seul le département du Littoral n’a pas été épinglé et a été épargné du couperet du ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle. Les 87 directeurs suspendus sont placés en position d’adjoint pendant deux années, précise l’acte. Un autre arrêté a été pris aussitôt par l’autorité ministérielle pour procéder à leur remplacement. Les nouveaux chefs d’établissement d’enseignement secondaire général, technique et professionnel promus savent désormais à quoi s’en tenir pour ne pas subir eux aussi le même sort à l’issue de l’année scolaire 2019-2020 qui démarre officiellement le lundi 16 septembre prochain sur l’ensemble du territoire national.

LIRE AUSSI:  Acquisition de compétences chez les déscolarisés: Nécessité d’autres parcours éducatifs

 

87 directeurs de Collège d’enseignement général (Ceg) ont été relevés de leurs fonctions pour insuffisance de résultats aux examens au titre de l’année scolaire 2018-2019 notamment au Brevet d’études du premier cycle (Bepc) et au Baccalauréat. Ils ont été purement et simplement déchargés par le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo. Ceci par arrêté N°51/Mestfp/Dc/Sgm/Daf/Srhds/Dprf/Sa/058 Sgg19 portant décharge de responsables administratifs et pédagogiques des établissements d’enseignement secondaire général, technique et professionnel en date du vendredi 13 septembre dernier. Les 87 chefs d’établissement concernés se retrouvent un peu partout sur le territoire national. On note 12 dans le département de l’Alibori, 9 dans l’Atacora ; 3 dans l’Atlantique ; 2 dans le Borgou ; 24 dans les Collines ; 6 dans le Couffo ; 8 dans la Donga ; 8 dans le Mono ; 3 dans l’Ouémé ; 4 dans le Plateau et 8 dans le Zou. Seul le département du Littoral n’a pas été épinglé et a été épargné du couperet du ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle. Les 87 directeurs suspendus sont placés en position d’adjoint pendant deux années, précise l’acte. Un autre arrêté a été pris aussitôt par l’autorité ministérielle pour procéder à leur remplacement. Les nouveaux chefs d’établissement d’enseignement secondaire général, technique et professionnel promus savent désormais à quoi s’en tenir pour ne pas subir eux aussi le même sort à l’issue de l’année scolaire 2019-2020 qui démarre officiellement le lundi 16 septembre prochain sur l’ensemble du territoire national.

LIRE AUSSI:  Cep 2016: Les candidats au Cep 2016 fixés sur les épreuves à option