Pour des élections paisibles et non contestées :SOCL-Elections pour une veille citoyenne de qualité

Par zounars,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Les Organisations de la Société civile, membres de la plate-forme Suivre, Observer avec Civisme et Loyauté les Elections (SOCL-Elections) ont fait, hier jeudi 16 avril, le compte-rendu de la veille citoyenne du processus électoral. Elle s’est soldée par des constats de violations flagrantes de plusieurs dispositions de la loi électorale. De l’exhortation de SOCL-Elections, toutes les parties prenantes au processus électoral devront y apporter du sien afin que le scrutin du 26 avril prochain soit paisible et crédible.

LIRE AUSSI:  Fin du mandat du Cos-Lépi fixée à novembre 2018 :Le président de la Cour constitutionnelle n'a pas méconnu la Constitution (Décision Dcc 18-118 du 22 mai 2018)

L’atmosphère électorale est marquée actuellement par nombre de violations du code électoral. C’est ce qui ressort de la veille citoyenne faite par la plate-forme Suivre, Observer avec Civisme et Loyauté les Elections (SOCL-Elections) sur les phases actuelles du processus électoral. Le compte-rendu des activités menées durant la période a été fait à la presse, hier jeudi 16 avril, à la Bourse du Travail.
Selon Marino de Souza, secrétaire général de SOCL-Elections, les acteurs politiques tous bords confondus, violent l’article 62 du code électoral dans toutes les contrées du pays. Cette disposition interdit les dons, les gadgets et libéralités pouvant influencer le choix de l’électeur. SOCL-Elections affirme avoir constaté sur le terrain, la distribution de riz, de maïs, de tee-shirts, porte-clés, calendriers et autres aux électeurs en violation flagrante du code électoral. Ce qui était perçu comme une innovation majeure du Code électoral en ses articles 50, 51 et 52, concernant l’affichage, n’est pas respectée», dénonce SOCL-Elections qui condamne le fait que les partis et alliances de partis politiques affichent pêle-mêle les affichettes à l’effigie de leurs candidats. L’autre défaillance soulignée en lettre d’or par SOCL-Elections concerne les déclarations tendancieuses faites par certaines personnalités au nom de la campagne électorale. Attirant l’attention sur la gravité desdits propos entendus ça et là, les Organisations de la Société civile de SOCL-Elections condamnent avec la dernière vigueur cette violation de l’article 64 du code électoral et invitent tous les acteurs à la retenue dans les déclarations au cours des meetings politiques.
Aux dires de Justin Sèmassoussi, président de SOCL-Elections, plusieurs activités de sensibilisation sur les comportements civiques en période électorale et sur les innovations du code électoral sont prévues.
Entre autres faits dénoncés par SOCL-Elections, il y a la sécurisation de la base de données de la LEPI.

LIRE AUSSI:  Fin du mandat du Cos-Lépi fixée à novembre 2018 :Le président de la Cour constitutionnelle n'a pas méconnu la Constitution (Décision Dcc 18-118 du 22 mai 2018)

Sécurité de la LEPI

En effet, expliquent les conférenciers, les installations électriques actuelles au CNT ne sont pas adaptées et peuvent altérer toutes les données en cas de défaillance. Aussi, ont-ils dénoncé la non acquisition d’un appareil relais pour servir de témoin à l’outil informatique qui stocke les données personnelles. Et toute faille au niveau du seul appareil en marche actuellement engendrerait des difficultés informatiques monstres.
Parlant d’actions novatrices pour la bonne marche du processus, SOCL-Elections entend renforcer les opérations d’observations. Et sur demande de la CENA, SOCL-Elections a proposé une fiche unique d’observation des opérations électorales en République du Bénin. La validation de ces grilles d’observation va faciliter et uniformiser les appréciations sur les opérations de vote.
SOCL-Elections s’est également prononcé sur la décision DCC 15-092 rendue le 14 avril dernier par la Cour constitutionnelle. De son avis, la décision est guidée par l’intérêt de la Nation. « Il n’y avait pas mieux à faire à cette étape des choses», a martelé Justin Sèmassoussi avant d’appeler le gouvernement, les partis politiques et les autres acteurs à utiliser les moyens légaux et républicains pour inciter et informer tous les citoyens à retirer leurs cartes d’électeurs afin que le scrutin se tienne dans la quiétude le 26 avril prochain. «C’est une opération de sauvetage de la démocratie béninoise», a conclu Marino de Souza car « les lendemains d’élections trop contestées génèrent souvent des conflits armés», souligne t-il. Notons que SOCL-Elections est une plate-forme d’Organisations de la Société civile qui assure la veille citoyenne en cette période électorale. Elle est composée du FONAC, du Centre Africa Obota, du Cadre national de concertation des OSC, Africa Election, Afrique Esperance et bien d’autres.