Pollution des plages: A qui la faute ?

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun

Façade maritime du Bénin

L’entretien périodique des plages du Bénin initié par le gouvernement de la rupture a contribué non seulement à rendre attrayantes les plages, mais aussi à réduire la pollution de la mer. Cette tâche confiée aux brigadiers recrutés et formés est éprouvée depuis quelques semaines. A qui la faute ?

LIRE AUSSI:  Ouverture des données publiques au service du développement: Social Watch Bénin maintient la veille citoyenne

La côte repousse du fait de la pollution qui y règne. De Fidjrossè à Togbin, ces lieux de détente perdent de leur attrait à la grande désolation des usagers.
Autrefois entretenue par les brigadiers à l’initiative du gouvernement, la façade maritime du Bénin sombre peu à peu dans l’insalubrité. Des algues jonchent les espaces, des déchets plastiques et divers objets polluent la côte et repoussent. Certains usagers déplorent l’état actuel des plages et s’en remettent aux autorités pour qu’une solution soit trouvée pour la salubrité de cet espace de détente. La situation préoccupe, selon Moïse Tétégbodou, chef quartier de Togbin Daho. La suspension de l’entretien de la côte serait le vrai motif de la pollution au niveau des plages, selon ses explications.

Il reste à faire des actions à l’endroit des autorités, précise-t-il, afin de savoir les réels motifs de l’abandon, initiatives prises il y a peu d’après Marien K., un usager qui vient, selon ses dires, se reposer à la côte pour profiter de l’air frais de la mer.

LIRE AUSSI:  Clôture de la première session du Conseil national du dialogue social: La campagne de vulgarisation des textes fondamentaux lancée

« Par rapport au nettoyage de la côte, nous les élus locaux avons constaté l’irrégularité et on est en train de prendre des dispositions pour écrire à la mairie. Vraiment, la plage est devenue sale, il y a de cela un mois et demi que nous avions fait ce constat », a martelé Moïse Tétégbodou. Ça ne va pas actuellement au niveau de la côte, ajoute-t-il. Le chef quartier de Togbin Daho s’indigne de la situation.

Acteur en charge de la gestion des brigadiers de la côte, Tchéhouéa Sonon de l’Organisation non gouvernementale Amshart, confie:« Ce qui se passe est un drame », regrette-t-il, appelant les autorités à revoir la procédure d’attribution des marchés d’entretien des côtes. C’est pourquoi il attire l’attention des autorités sur la situation actuelle des plages faite de pollution qui repousse les usagers dont la responsabilité est aussi en cause.