Passeport vaccinal pour la Covid-19: L’Union africaine émet des inquiétudes

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun

vacin Covid

Les pays africains n’approuvent pas l’idée de la mise en place d’un passeport vaccinal comme le projettent ou l’ont déjà fait certains pays du monde. Lors de la récente réunion extraordinaire des ministres africains du Transport aérien, l’organisation régionale a demandé aux pays ayant ce projet de passeport vaccinal, de s’en abstenir.

LIRE AUSSI:  COVID-19: Autotest, un nouvel outil de dépistage

Certains pays du monde comptent instaurer sur leurs territoires, le passeport vaccinal pour les personnes immunisées contre la Covid-19. L’outil sera, en effet, un préalable aux voyages internationaux. Mais l’idée d’un tel document sanitaire de voyage n’est pas du goût de l’Union africaine (Ua). Réunis par visioconférence, il y a quelques jours, les ministres des Transports du continent africain ont fait part de leurs inquiétudes par rapport à ce projet, et invité les pays qui veulent instaurer ce type de passeport à s’en abstenir.

« La réunion a appelé tous les pays des différentes régions du monde qui ont introduit ou sont en train d’introduire des passeports vaccinaux comme condition préalable aux voyages internationaux à s’abstenir de le faire, étant donné que jusqu’à présent, le vaccin n’est pas disponible en nombre suffisant, comme l’a confirmé l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), et que le continent africain a un nombre considérable de ses citoyens qui n’ont pas encore reçu leurs doses de vaccin », lit-on à travers le communiqué de presse qui a sanctionné la réunion.

LIRE AUSSI:  Table ronde sur la relance et le financement de la vaccination: Les appréciations du ministre de la Santé

Comme solution alternative au passeport vaccinal, les ministres des Transports des Etats membres de l’Ua, ont suggéré que le test Pcr ou le test antigénique soit maintenu comme seule exigence jusqu’à ce que les vaccins soient suffisamment disponibles.
En outre, l’institution panafricaine encourage ses Etats membres à adopter le test numérique «dans la mesure du possible», en tant que certificat de santé vérifiable et plateforme fiable pour l’information des voyageurs, et à coordonner toutes les parties prenantes concernées pour la mise en œuvre du projet « Call for action on safe re-opening of borders », élaboré par le groupe de travail multisectoriel pour l’initiative « Saving lives, saving economies and livelihoods » mise en place par l’Union africaine.

Au sein de l’Union européenne, plusieurs pays ont déjà annoncé vouloir mettre en place un passeport vaccinal (arrivée et départ de l’aéroport). C’est le cas, par exemple, de la Grèce, de l’Italie, du Portugal, de Chypre, de la Hongrie, de la République Tchèque, du Danemark et de la Suède. Ces pays ont aussi indiqué qu’ils sont en train de réfléchir à mettre en place ce certificat pour qu’il serve d’accès à certains lieux d’activités culturelles ou sportives.
Mis à part les quelques pays européens cités, l’Israël et le Maroc ont, eux-aussi, fait part de leur volonté d’instaurer ce type de passeport.