Passation de service dans les ministères: Patrick Yérima prend les rênes de l’Economie maritime

Par zounars,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le ministre entrant en charge de l’Economie maritime, Patrick Yérima a pris les rênes du ministère lundi 22 juin dernier. C’était devant un parterre d’invités, de parents et d’acteurs portuaires.

LIRE AUSSI:  Affaire de destruction de propriété immobilière :Le maire de Sémè-Podji et le CA d’Ekpè condamnés

La cérémonie d’usage à chaque remaniement ministériel est toujours une occasion au ministre sortant de faire le bilan de son parcours et à celui entrant, d’annoncer les actions qu’il compte mener. La passation de charge lundi dernier a permis au ministre sortant de l’Economie maritime, Rufin Orou Nan Nansounon, de rappeler quelques actions qu’il a menées durant les 10 mois qu’il est resté à la tête de ce ministère. Au nombre des actions, il cite la reprise des travaux de la commission mixte chargée du suivi de la filière des véhicules, la sécurité et la sûreté maritime; le renforcement du système de guichet unique pour le commerce extérieur au port de Cotonou et aux frontières terrestres; la mise en place d’un centre de contrôle informatisé pour la gestion des camions gros-porteurs au port de Cotonou et le projet de construction d’un centre des affaires maritimes. Bref, les différentes actions et réformes entreprises par Rufin Orou Nan Nansounon ont permis au port de Cotonou de frôler la barre des 10 millions de tonnes de marchandises en 2014.C’était aussi le lieu pour le ministre sortant de remercier et de rendre hommage à tous ses collaborateurs pour l’avoir aidé dans l’accomplissement de sa mission.

LIRE AUSSI:  Présidentielle du 11 avril: Faible affluence par endroits dans le Littoral

Quant au ministre entrant, Patrick Yérima, il a pris l’engagement de continuer l’œuvre entamée par son prédécesseur. Il entend veiller en permanence avec rigueur et méthode au maintien et à l’amélioration des ratios de productivité portuaire, tant en terme de diversité de flux de trafics que de coût de passage portuaire des marchandises et des délais de prestation. Aussi, mesure-t-il l’ampleur de la tâche qui lui est confiée avant de s’engager à mettre d’ores et déjà l’accent sur la diversification des ports.