Partenariat FLUDOR BENIN SA-ProAgri/GIZ-AKB: Convergence d’objectifs pour le développement de la filière karité

Par Eric TCHOGBO,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


La société FLUDOR BENIN SA, le ProAgri/GIZ et l’AKB ont procédé hier, mardi 23 juin à Cotonou, à la signature d’une convention de partenariat tripartite. C’est pour booster davantage le développement de la filière karité qui est le 3è produit d’exportation du Bénin. Avec cet accord qui est aussi le couronnement d’un partenariat public-privé, les conditions de vie des groupements des femmes ramasseuses des noix de karité seront également améliorées.

Par Maurille GNASSOUNOU
Bien qu’elle ne fasse pas partie des 13 filières prioritaires du Plan stratégique de relance du secteur agricole (PSRSA), le karité est l’une des filières les plus prometteuses dans le secteur agricole du Bénin. Après le Mali, le Nigeria, le Ghana et le Burkina Faso, le Bénin est le 5è exportateur de karité au niveau mondial avec 63 000 t d’amandes au cours de la campagne 2013-2014.
Depuis que l’Union Européenne a autorisé l’introduction d’autres matières végétales outre le cacao dans la fabrication du chocolat jusqu’à hauteur de 5%, le marché des beurres équivalents connaît une croissance annuelle de l’ordre de 10%. Le beurre de karité coûtant 30 à 40% moins cher que celui du cacao, il ne faudrait aussi pas perdre de vue que la demande en chocolat sera supérieure à la production dans les cinq prochaines années. Ce qui induira implicitement une demande à la hausse en beurre de karité alimentaire.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres: Au menu : gestion de la transhumance, mesures conservatoires relatives à un domaine litigieux à Womey...

Un accord de partenariat bénéfique

D’où l’importance de l’acte posé hier, mardi 23 juin à Cotonou, par FLUDOR BENIN SA, ProAgri/GIZ et AKB, à travers la signature d’une convention de partenariat public-privé pour la filière karité. Au vu de leurs convergences d’objectifs, ils ont décidé de favoriser le développement de ladite filière dans les domaines d’intervention qui relèvent de leurs compétences respectives, de leurs moyens et savoir-faire. Selon la responsable Programme de durabilité des filières à FLUDOR BENIN SA, Barbara Macon, le président de l’AKB, Gilles Roger Adamon et la chargée du Programme ProAgri/GIZ, Dorith Von Behaim, cet accord de partenariat vise à instaurer sur la base de la complémentarité entre leurs trois structures, une dynamique d’échanges bénéfiques réciproquement. L’objectif poursuivi, ont-ils insisté, est de voir la mise en œuvre réussie du présent partenariat apporter une plus-value tant aux femmes rurales qui y sont actives qu’à la société FLUDOR BENIN SA soucieuse d’apporter sa contribution de taille au développement du Bénin. Avant eux, c’est le conseiller technique du ministre en charge de l’Agriculture, Salami Ténakah, qui après avoir rappelé l’importance du karité, a loué leur initiative dont la finalité est de faire du karité une filière génératrice de revenus à la base et de valeur ajoutée, puis pourvoyeuse de devises. Elle contribuera, selon lui, à atténuer quelque peu la pénibilité du travail des femmes impliquées dans l’exploitation de cette filière.
C’est à l’ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne, Hans Jörg Neumann qu’il est revenu en premier lieu, de rappeler l’appui que son pays apporte au développement du secteur agricole du Bénin dans le cadre de la coopération de la Nouvelle Alliance G7 pour la sécurité alimentaire et la nutrition. Pour lui, il s’agit de promouvoir les investissements privés et l’entrepreneuriat agricole respectueux de l’environnement, de faciliter l’accès aux marchés et de renforcer l’autonomisation économique des femmes dans le secteur agricole et rural.
La mise en œuvre de cet accord qui démarre au cours de cette campagne, permettra donc à la société FLUDOR BENIN SA d’agir en tant qu’entreprise championne dans un espace de diverses structures et de multi-acteurs. Elle pourra absorber un flux important d’amandes de karité produites par des femmes organisées au sein des groupements avec le soutien de la faîtière de la filière, l’AKB. Ce sera pour mener des activités sur le marché international, après la transformation en beurre de karité de qualité supérieure. Le tout, avec l’appui conseil d’experts de ProAgri/ GIZ aux côtés des structures de vulgarisations nationales et autres prestataires de services. Voilà qui augure désormais de bonnes perspectives pour cette filière au Bénin.

La société FLUDOR BENIN SA, le ProAgri/GIZ et l’AKB ont procédé hier, mardi 23 juin à Cotonou, à la signature d’une convention de partenariat tripartite. C’est pour booster davantage le développement de la filière karité qui est le 3è produit d’exportation du Bénin. Avec cet accord qui est aussi le couronnement d’un partenariat public-privé, les conditions de vie des groupements des femmes ramasseuses des noix de karité seront également améliorées.

Par Maurille GNASSOUNOU
Bien qu’elle ne fasse pas partie des 13 filières prioritaires du Plan stratégique de relance du secteur agricole (PSRSA), le karité est l’une des filières les plus prometteuses dans le secteur agricole du Bénin. Après le Mali, le Nigeria, le Ghana et le Burkina Faso, le Bénin est le 5è exportateur de karité au niveau mondial avec 63 000 t d’amandes au cours de la campagne 2013-2014.
Depuis que l’Union Européenne a autorisé l’introduction d’autres matières végétales outre le cacao dans la fabrication du chocolat jusqu’à hauteur de 5%, le marché des beurres équivalents connaît une croissance annuelle de l’ordre de 10%. Le beurre de karité coûtant 30 à 40% moins cher que celui du cacao, il ne faudrait aussi pas perdre de vue que la demande en chocolat sera supérieure à la production dans les cinq prochaines années. Ce qui induira implicitement une demande à la hausse en beurre de karité alimentaire.

LIRE AUSSI:  Compte rendu du Conseil des ministres: Le Bénin à la 14e réunion régionale de l’Oit le 3 décembre

Un accord de partenariat bénéfique

D’où l’importance de l’acte posé hier, mardi 23 juin à Cotonou, par FLUDOR BENIN SA, ProAgri/GIZ et AKB, à travers la signature d’une convention de partenariat public-privé pour la filière karité. Au vu de leurs convergences d’objectifs, ils ont décidé de favoriser le développement de ladite filière dans les domaines d’intervention qui relèvent de leurs compétences respectives, de leurs moyens et savoir-faire. Selon la responsable Programme de durabilité des filières à FLUDOR BENIN SA, Barbara Macon, le président de l’AKB, Gilles Roger Adamon et la chargée du Programme ProAgri/GIZ, Dorith Von Behaim, cet accord de partenariat vise à instaurer sur la base de la complémentarité entre leurs trois structures, une dynamique d’échanges bénéfiques réciproquement. L’objectif poursuivi, ont-ils insisté, est de voir la mise en œuvre réussie du présent partenariat apporter une plus-value tant aux femmes rurales qui y sont actives qu’à la société FLUDOR BENIN SA soucieuse d’apporter sa contribution de taille au développement du Bénin. Avant eux, c’est le conseiller technique du ministre en charge de l’Agriculture, Salami Ténakah, qui après avoir rappelé l’importance du karité, a loué leur initiative dont la finalité est de faire du karité une filière génératrice de revenus à la base et de valeur ajoutée, puis pourvoyeuse de devises. Elle contribuera, selon lui, à atténuer quelque peu la pénibilité du travail des femmes impliquées dans l’exploitation de cette filière.
C’est à l’ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne, Hans Jörg Neumann qu’il est revenu en premier lieu, de rappeler l’appui que son pays apporte au développement du secteur agricole du Bénin dans le cadre de la coopération de la Nouvelle Alliance G7 pour la sécurité alimentaire et la nutrition. Pour lui, il s’agit de promouvoir les investissements privés et l’entrepreneuriat agricole respectueux de l’environnement, de faciliter l’accès aux marchés et de renforcer l’autonomisation économique des femmes dans le secteur agricole et rural.
La mise en œuvre de cet accord qui démarre au cours de cette campagne, permettra donc à la société FLUDOR BENIN SA d’agir en tant qu’entreprise championne dans un espace de diverses structures et de multi-acteurs. Elle pourra absorber un flux important d’amandes de karité produites par des femmes organisées au sein des groupements avec le soutien de la faîtière de la filière, l’AKB. Ce sera pour mener des activités sur le marché international, après la transformation en beurre de karité de qualité supérieure. Le tout, avec l’appui conseil d’experts de ProAgri/ GIZ aux côtés des structures de vulgarisations nationales et autres prestataires de services. Voilà qui augure désormais de bonnes perspectives pour cette filière au Bénin.