Parrainage de duo candidat: L’Up regrette la posture d’une partie de l’opposition

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Politique |   Commentaires: Aucun


L’Union progressiste (Up) déplore la position tranchée d’une frange de l’opposition politique sur la question du parrainage dans le cadre de la présidentielle du 11 avril prochain. A la faveur d’une conférence de presse animée, samedi 5 février dernier, au siège de leur formation politique à Cotonou, Lazare Sèhouéto et plusieurs autres membres du parti ont déploré la posture actuelle de l’opposition et réaffirmé l’attachement de leur formation politique au respect de la loi électorale en vigueur.

LIRE AUSSI:  Présidentielle 2016: La position de Goras Gaglozoun et des Forces de Gauche

Dans le cadre de la présidentielle prochaine, certains partis et acteurs politiques de l’opposition à l’instar du parti «Les Démocrates» ont enregistré la déclaration de leur duo de candidature à la Commission électorale nationale autonome (Céna) sans satisfaire à l’exigence liée au parrainage. Pis, certains ténors de l’opposition affirment que leur parti ne compte pas aller à la conquête de parrains. Indigné, le parti Union progressiste dit regretter profondément cette position de leurs amis d’en face. « …Au lieu de faire de la politique au sens noble du terme, cette opposition se consume dans des stratégies d’impasse… », fait constater Lazare Sèhouéto, le principal conférencier entouré de plusieurs hauts responsables du parti dont Me Abraham Zinzindohoué, Orden Alladatin, Gérard Gbénonchi et Christelle Houndonougbo.
Poursuivant dans son propos liminaire, l’ancien ministre du Commerce fait l’historique de la réforme du système partisan, relève quelques faux pas commis par l’opposition politique avant, pendant et après la réforme, et en arrive à la conclusion que l’opposition s’est elle-même soustraite aux législatives et communales dernières. « L’opposition s’est exclue elle-même des législatives, à la veille de ces élections, après qu’ensemble, on a dégagé des possibilités, qui leur permettraient d’y participer (…) Après une longue période de résistance, une partie de cette opposition (…) a fini par se conformer aux textes et a obtenu son récépissé mais, c’était trop tard pour rattraper les fautes du passé », a déclaré Lazare Sèhouéto. Pour l’ensemble des conférenciers, en continuant de multiplier les faux pas et remettre en cause les lois en vigueur, cette frange de l’opposition est en train de s’exclure de la présidentielle prochaine. « Pour l’élection présidentielle de 2021, cette frange de l’opposition s’enfonce dans l’impasse encore une fois. Révélant au grand jour les raisons profondes de son boycott des législatives et des communales. Ils crient déjà et crieront plus encore à l’exclusion, et continueront à se tromper de combat… », analyse le principal conférencier.

LIRE AUSSI:  Gouvernement de Patrice Talon : Un remaniement ministériel attendu

L’Up à la rescourse des démocrates

Selon Lazare Sèhouéto, des élus de son parti politique étaient prêts à aider le duo candidat des Démocrates à réunir le nombre de parrains recommandé pour participer à l’élection du 11 avril prochain. Mais ils ont attendu en vain le parti. « Certains de nos élus ont décidé de parrainer le duo qui serait issu du parti dénommé Les Démocrates. Ils ont dû garder leur fiche jusqu’au dernier moment, sans savoir exactement quel duo parrainer dans l’imbroglio qui a été orchestré au sein de ce parti et de ses alliés… », regrette l’ancien ministre du Commerce.

« Il y a encore hélas dans notre pays, poursuit-il, des gens qui estiment que pour baisser la fièvre, il faut casser le thermomètre. Ils l’ont fait en 2019 et 2020. (…) Ceux qui croient que l’on peut arrêter le progrès se sont encore mis à la tâche, en 2021. », affirme-t-il. En tout cas, du côté de l’Up, martèlent les conférenciers, l’on reste attaché au respect des lois en vigueur, et engagé derrière le chef de l’Etat, Patrice Talon et son gouvernement. Ils se disent, toutefois, confiants que toutes les franges de l’opposition finiront par saisir les possibilités réelles qu’elles ont de faire avancer le pays.