Orientation du budget général de l’Etat, gestion 2016: Le ministre d’Etat Komi Koutché devant les députés ce jour

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le ministre d’Etat chargé de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation Komi Koutché est attendu à l’hémicycle ce lundi 22 juin. Il est invité à présenter aux députés, les grandes orientations du budget général de l’Etat, gestion 2016. Un budget dont les travaux d’élaboration sont en cours au niveau du gouvernement. Cette présentation est une exigence de la loi organique portant loi de finances en République du Bénin adoptée en septembre 2013. C’est un exercice annuel qui est entré depuis 2014 dans la tradition du gouvernement et principalement du ministère en charge de l’Economie et des Finances. Le législateur béninois a recouru à une telle loi pour permettre aux députés d’avoir une idée des grands axes et réformes de la loi de finances de l’Etat, pour l’année à venir, comme c’est le cas dans la plupart des pays. Ce qui leur permet de faire des observations et des recommandations au gouvernement pour améliorer le projet de budget en cours de finalisation, avant son envoi à l’Assemblée nationale. La loi organique portant loi de finances a prévu que cette présentation se fasse au plus tard le 30 juin de chaque année. La question était en débat lors d’une réunion du bureau de l’Assemblée nationale tenue le jeudi 4 juin dernier au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Le bureau avait décidé, on se rappelle, de saisir l’Exécutif pour lui rappeler cette exigence légale. Laquelle fait obligation au gouvernement de faire cette présentation budgétaire devant la Représentation nationale au plus tard le 30 juin 2015 pour le compte de cette année. La correspondance du Parlement partie, la réponse du gouvernement n’a pas non plus tardé. L’Exécutif, par la voix du désormais ministre d’Etat Komi Koutché a écrit au Parlement pour répondre à son souhait de sacrifier à cette tradition ce lundi 22 juin. C’est le premier exercice de débat d’orientation budgétaire sous la 7e législature installée en mai dernier et le deuxième depuis l’adoption en septembre 2013 de la loi organique portant loi de finances en République du Bénin.

LIRE AUSSI:  Intégration en Afrique de l’Ouest: La libre circulation, un vœu pieux ?

Quatre députés suppléants à l’honneur

Les suppléants des députés démissionnaires François Abiola, Komi Koutché, Alassane Soumanou, Gustave Sonon et Théophile Yarou, tous élus à l’issue des législatives du 26 avril dernier, et reconduits dans le nouveau gouvernement du président Boni Yayi en date du jeudi 18 juin dernier, signent leur entrée au Parlement. Il s’agit respectivement de Joseph Gbamigbadé, Léon Dègni, Bida Nouhoum, Jean-Marie Allagbé et Garba Yaya. En dehors de ce dernier qui ne pourra pas être installé ce jour, parce que Théophile Yarou n’a pas encore déposé sa démission au Parlement, tous les quatre autres font leur entrée à l’hémicycle. Les lettres de leurs appels pour ce jour par le président de l’Assemblée nationale leur sont déjà envoyées. Si Nouhoum Bida est à sa deuxième expérience parlementaire, les trois autres sont en train de fouler pour la première fois le sol de l’hémicycle béninois. Leur installation sera officiée par le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji qui invitera les intéressés, à l’entame de la plénière de ce jour, à s’asseoir en lieux et places des titulaires des sièges. Les quatre suppléants en attendant le cinquième Garba Yaya sont désormais donc députés pleins. Ils poursuivront la route avec leurs 78 autres collègues de la 7è législature dont le mandat prend fin le 15 mai 2019.
Th. C. N.