Organisation des élections professionnelles nationales: Les membres du comité désormais en mission

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Après dix ans de blocage, les élections professionnelles nationales vont enfin se tenir. Les dix-huit membres du Comité électoral national (Cen) commis à l’organisation desdites élections ont été installés, ce mercredi 14 octobre, à Cotonou, par la ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys.

LIRE AUSSI:  Mobilisation pour la réussite du Pag: Des ténors politiques Rnd de Sakété en rangs serrés

C’est parti pour l’organisation de la troisième édition des élections professionnelles nationales. Des élections susceptibles d’assainir le paysage syndical national et d’assurer un dialogue social plus constructif. Hier, mercredi, à la salle des fêtes de la Tour administrative, les membres du Comité électoral national (Cen) devant conduire ce processus ont été officiellement installés par la ministre du Travail et de la Fonction publique. Ce comité est composé de dix-huit membres issus de plusieurs ministères, des centrales et confédérations syndicales et des associations des employeurs.
« Il revient à votre Comité, de se doter très rapidement d’une feuille de route devant vous permettre d’organiser lesdites élections dans les meilleurs délais possibles », souligne Adidjatou Mathys à la faveur de son discours d’installation des membres du Cen. Parlant de cette feuille de route, la ministre suggère qu’elle soit déposée sur sa table avant la fin de l’année 2020.
« En outre, poursuit-elle, l’élaboration d’un projet de budget des opérations est une urgence pour permettre au gouvernement de mettre à la disposition du Comité, les moyens nécessaires à l’accomplissement de sa mission ». Elle rassure également de la disponibilité de l’Exécutif à accompagner convenablement ce processus électoral jusqu’à son terme. La ministre dit ne pas douter que les membres du comité mesurent l’importance de la mission qui leur incombe, et les invite à se rendre disponibles, être tolérants et surtout faire preuve d’esprit de consensus. « Nous sommes dans un tournant décisif d’animation de la vie syndicale dans notre pays et je garde espoir que vous ne ménagerez aucun effort pour que la troisième édition des élections professionnelles nationales devienne réalité», précise-t-elle.

LIRE AUSSI:  Marche sur le ministère du Plan: Des enseignants exigent l’application de leurs statuts

Dix ans après

Les deux premières éditions des élections professionnelles nationales ont été organisées en 2001 et 2006. La troisième, prévue pour 2010, a connu des blocages dus à certaines contingences d’ordre socio-économique et politique. « Cet état de choses n’a pas permis de redéfinir le paysage syndical national, et ne permet pas non plus au gouvernement de disposer d’interlocuteurs représentatifs et régulièrement élus », a déploré Adidjatou Mathys. C’est donc pour mettre fin à cet état de choses que le comité préparatoire tripartite de la troisième édition des élections professionnelles nationales, a été mis en place par deux décrets, explique-t-elle. Ce faisant, le gouvernement donne la preuve de sa ferme volonté d’organiser ces élections nationales, se réjouit Adidjatou Mathys.
En 2017, l’Exécutif béninois a entamé les démarches pour l’organisation desdites élections. Mais les consultations n’ont pas abouti du fait des mouvements sociaux des travailleurs.
Notons que selon l’article 5 du décret portant différentes formes d’organisation syndicale de travailleurs en République du Bénin, le syndicat de base, pour être représentatif, doit obtenir au moins 20 % des suffrages exprimés aux élections professionnelles. Pareil pour les centrales ou confédérations syndicales.