Opération de libération de la bande côtière du Bénin: Un aménagement social pour les noyaux de pêcheurs

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


L’opération de libération de la bande côtière du Bénin démarre le 14 mai prochain, suivie d’un aménagement social prévu pour les noyaux de pêcheurs qui occupent actuellement le site. C’est ce qu’a annoncé José Didier Tonato, ministre du Cadre de vie et du Développement durable, lors d’un point de presse, ce mardi 11 mai à Cotonou. L’autorité ministérielle est aussi revenue sur les différentes actions en cours dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet gouvernemental de plantation de cocotiers le long des côtes du Bénin.

LIRE AUSSI:  Développement du tourisme sur le littoral : Un projet en gestation

Depuis plusieurs décennies, la côte du Bénin est fortement menacée par l’érosion et plusieurs actions ont été entreprises pour y remédier. José Didier Tonato a tenu à rappeler les différentes actions menées depuis 2016 par le gouvernement pour sauvegarder les côtes du Bénin. Il note que le projet de plantation de cocotiers le long de la côte Atlantique du Bénin renforcera les mesures de protection en place. Le cocotier fut pendant au moins 80 ans, le moteur du développement économique de la bande côtière du Bénin. Le ministre du Cadre de vie et du Développement durable précise que les cocoteraies jouent un rôle important dans la stabilisation des écosystèmes et de la biodiversité et constituent les principaux remparts végétaux contre l’érosion côtière. Le cocotier permettra plus spécifiquement de restaurer et de protéger les ressources naturelles et de redonner à la plage sa beauté naturelle aux fins de la promotion du tourisme. L’autorité ministérielle précise que depuis décembre 2016, les plages du Littoral béninois sont les plus propres du monde. Il ajoute que depuis pratiquement plus de quatre ans, 350 brigadiers travaillent à nettoyer la plage. « Pour développer le tourisme, embellir davantage et rendre plus durable la protection côtière, il était important de repeupler cette plage par l’espèce végétale qui y prospère le mieux dont le cocotier. Raison pour laquelle, le gouvernement a importé plus de 500 mille plants de cocotier sur une façade de plus de 9 km, qui seront plantés de part et d’autre sur la route des pêches. Si nous n’intervenons pas maintenant pour favoriser le développement du tourisme, nos enfants et leurs enfants n’auront pas des emplois demain. Tout ce qui se fait aujourd’hui est pour stabiliser économiquement notre pays», poursuit-il.

LIRE AUSSI:  1949-2019: Il y a 70 ans, la Chine nouvelle
Démarche conséquente

José Didier Tonato indique que le gouvernement est dans une démarche conséquente d’aménagement et de protection du Littoral béninois. « Dans l’intervention qui démarre le 14 mai prochain, nous avons été instruits pour faire à l’intérieur de cette opération un aménagement social. Il y a des noyaux villageois de pêcheurs qui vivent de l’activité de pêche et qui sont installés sur la plage depuis des lustres. L’aménagement foncier qui se fait au nord de la route des pêches a prévu de réinstaller ces derniers », informe l’autorité ministérielle. Il fait savoir que pour l’instant, à cause de contraintes liées au calendrier scolaire, le gouvernement permettra à ces villageois et à leurs enfants de pouvoir suivre jusqu’à la fin, le calendrier scolaire et de pouvoir aller à leurs examens en toute quiétude. Il souligne que quand l’opération va commencer, les noyaux villageois seront préservés, mais les autorités reviendront pour opérer les libérations nécessaires pendant la période des vacances. Les opérations d’aménagement foncier sont en cours pour opérationnaliser la réinstallation des noyaux villageois au nord de la route des pêches car, dit-il, il faut qu’ils restent en contact avec leur activité de pêche dans de meilleures conditions. « C’est une activité de repeuplement de notre plage. Malheureusement, nous ne pouvons pas attendre indéfiniment parce qu’il faut profiter de la saison des pluies pour que les plants que nous avons importés avec beaucoup d’argent soient mis en terre en attendant que les aménagements suivent», conclut-il .