Oeuvre sociale au profit des personnes vulnérables: Les malades du centre St Camille de Tokan secourus

Par COMLAN ERIC,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La Fondation Paul Darboux soulage les peines des malades du centre psychiatrique St Camille de Lelis de Tokan dans la commune d’Abomey-Calavi. C’est à travers la signature d’une convention de partenariat suivie d’une remise de vivres samedi 29 février dernier.

LIRE AUSSI:  Mise à niveau des entreprises industrielles : Le Brmn sensibilise les organisations professionnelles de la Donga

«Soulager les souffrances des malades internés dans les centres psychiatriques et lutter contre la pauvreté dans son ensemble», telle est la mission que s’est assignée la Fondation Paul Darboux.
Les bras chargés de produits alimentaires, les responsables de cette fondation qui interviennent dans les œuvres sociales, ont offert, samedi 29 février dernier, un instant de bonheur aux personnes en situation de déficience mentale du centre St Camille de Lelis de Tokan dans la commune d’Abomey-Calavi. Ce geste a fait suite à la signature d’une convention de partenariat entre le centre et la fondation.C’est un partenariat qui témoigne de la solidarité et de la générosité des responsables de la fondation, à l’endroit non seulement des pensionnaires mais également des responsables dudit centre qui se bat, chaque jour avec détermination pour le mieux-être des personnes en situation de déficience mentale.
Ernest Houlenou, directeur du centre psychiatrique St Camille de Lelis de Tokan, a exprimé toute sa gratitude aux responsables de la fondation et leur a réaffirmé l’importance accordée par le centre aux œuvres sociales. Ernest Houlenou a fait savoir que la convention signée par les deux parties sera d’un grand secours pour le centre de Tokan. Mais aussi aux centres St Camille de Bohicon, d’Avrankou, de Djougou et de Dassa dédié, lui exclusivement aux toxicomanes. « Ce geste apportera une amélioration substantielle aux conditions de vie de nos frères et sœurs malades mentaux parfois récupérés dans la rue sans le moindre soutien matériel et psycho-affectif », a-t-il révélé. Il informe, à l’occasion, que plusieurs patients sont déjà envoyés dans les centres de réinsertion professionnelle construits par la communauté St Camille.
Dans son intervention, Mikem Bello, vice-présidente de la Fondation Paul Darboux, a laissé entendre que la convention signée avec le centre St Camille de Tokan a pour but de soutenir toutes les personnes démunies. Mikem Bello note qu’il s’agit d’un partenariat qui va durer dans le temps. Selon elle, désormais, la fondation prend l’engagement d’approvisionner le centre en vivres toutes les fins du mois. Car, justifie-t-elle, la personne malade, dans sa grande souffrance, a besoin d’affection. « Le simple fait de poser un regard bienveillant sur la personne malade peut l’aider à se sentir plus à l’aise et à guérir très vite », a-t-elle assuré.

LIRE AUSSI:  Dix ans après son décès: Le ministre Richard Adjaho plus vivant que jamais !