Occupation du domaine public : Tonato en croisade contre l’incivisme

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Des croix rouges dessinées sur des images montrant des étalages déposés sur quelques trottoirs de Cotonou. En dessous de chacune de ces images, l’on peut lire divers messages de sensibilisation contre ce geste. « Les trottoirs, c’est pour les piétons, pas pour les étalages ! N’occupons pas les trottoirs, préservons notre bien commun. Décourageons ce geste, soyons utiles. Ne faisons plus ça, cela ne nous honore pas ! ».

Dans un court message posté au-dessus de ces visuels, le ministre exhorte les populations à bannir et dénoncer ces gestes inciviques qui dévalorisent et compromettent la pérennisation de la dynamique d’aménagement du cadre de vie. « Défendons notre droit de jouir d’un cadre sain et agréable à vivre », recommande-t-il.

Dans une autre post, le ministre Tonato publie cette fois-ci des images de trottoirs non occupés et bien propres. Toutes ces images portent un signe de couleur verte, l’opposé de la croix en rouge, comme pour dire qu’il s’agit du geste recommandé. D’ailleurs, les notes que portent chacun de ces visuels en disent long sur le message qu’ils véhiculent. « Gardez le trottoir propre, c’est notre devoir. Un trottoir bien aménagé, rend un bon visage de la ville. Un trottoir sans étalage doit être notre combat commun », pour ne citer que ces messages.

Dans le petit commentaire qui accompagne sa publication, José Didier Tonato invite ses concitoyens à adopter le bon geste afin de valoriser les efforts d’amélioration du cadre de vie, à savoir, l’aménagement et l’assainissement urbains, la sécurité dans la mobilité urbaine, l’esthétique du paysage urbain, le plaisir responsable de vivre dans une cité bien tenue, etc.

Touchés par ces nombreux visuels, des web activistes et autres internautes béninois se sont donné le plaisir de partager les posts du ministre du Cadre de vie. En conséquence, ces visuels défilent en boucle sur les réseaux sociaux notamment Facebook. Impossible d’y échapper que l’on soit un abonné de la page Facebook du ministre ou non. Ces publications sont donc un bon moyen pour José Didier Tonato de conscientiser les auteurs de ces actes d’incivisme et dissuader ceux qui projettent de revenir sur le domaine public.

 

LIRE AUSSI:  Lutte contre les sachets non biodégradables: L’option responsable du gouvernement