Observation de la présidentielle : La mission de l’Ua échange avec le président de la Cour constitutionnelle

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


La mission d’observation dépêchée à Cotonou par l’Union africaine (Ua), dans le cadre de la présidentielle de ce dimanche, a été reçue en audience, samedi 10 avril, par le président de la Cour constitutionnelle. Cette mission est allée s’enquérir du rôle de la Cour et de l’évolution des préparatifs pour un scrutin transparent et apaisé.

LIRE AUSSI:  Communiqué: Arrivée de S.E. M. l’Ambassadeur de la Fédération de Russie au Bénin

Au sortir de la rencontre, Bernard Makuza, chef de la délégation, a fait savoir que sa visite à la Cour constitutionnelle est tout à fait classique puisqu’il s’agit de la mission d’observation de l’Ua qui est envoyée à Cotonou dans le cadre de la présidentielle, comme cela se fait un peu partout dans tous les Etats membres. Cette mission, informe-t-il, a été dépêchée conformément aux principes régissant les élections au sein de l’Ua, mais aussi les déclarations et les résolutions qui ont été prises pour soutenir les élections et le processus démocratique dans les pays africains. La mission de l’Ua au Bénin est donc en rapport avec les instruments nationaux, régionaux et internationaux, souligne Bernard Makuza.

« Quand on arrive dans un pays pour cette fonction, on doit s’enquérir auprès des autorités, des institutions, de tous les autres partenaires politiques dans le processus électoral pour nous informer du rôle de chaque institution dans le processus électoral et personne ne doute du rôle d’une Cour constitutionnelle dans le processus électoral. Je voulais tout simplement savoir quelles sont les procédures, comment s’organiser, pour remplir cette mission… », a fait savoir, l’ancien premier ministre rwandais.

LIRE AUSSI:  Meurtre (Cour d’assises de Parakou, 5e dossier): Hamalélé Namata écope de 15 ans de travaux forcés

Outre la Haute juridiction, son équipe entend rencontrer « un éventail d’acteurs politiques et institutionnelles que ça soit les partis politiques de l’opposition ou de la majorité, la commission électorale et les ministères ».

Bernard Makuza martèle qu’une mission d’observation électorale, comme la sienne, ne remplace par les institutions nationales mais elle peut formuler des recommandations au terme du processus. L’autre chose, c’est que la mission peut aussi identifier les bonnes pratiques qu’elle partagera avec les autres pays africains.