Nora Wahby, présidente de Ericsson pour l’Afrique de l’Ouest et le Maroc: « 360 millions de jeunes n’ont actuellement pas accès à Internet… »

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Cartographier le paysage de la connectivité Internet dans les écoles et leurs communautés environnantes, telle est l’initiative portée par Unicef et Ericsson dans 35 pays dont le Bénin. Un partenariat dont l’intérêt est évoqué à travers cette interview de Nora
Wahby, présidente de Ericsson pour l’Afrique de l’Ouest et le Maroc.

LIRE AUSSI:  Célébration de la Journée internationale de la femme: L’Unicef lance #NotMe pour dénoncer les violences faites aux femmes


La Nation : Un partenariat mondial mené par le géant des télécommunications Ericsson et l’Unicef vise à cartographier la connectivité des écoles dans 35 pays d’ici fin 2023. Quelles sont les motivations d’un tel engagement au profit du monde scolaire et des communautés ?

Nora Wahby : Ericsson a signé un accord de partenariat mondial avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) pour fournir une cartographie de la connectivité Internet aux écoles et aux établissements d’enseignement de 35 pays d’ici la fin de 2023. Cartographier le paysage de la connectivité Internet dans les écoles et leurs communautés environnantes est d’une grande importance, étant donné son rôle vital en tant que source principale fournissant aux enfants les moyens et capacités nécessaires d’exploiter les opportunités offertes par l’apprentissage numérique.
Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de l’initiative «Giga» lancée l’année dernière par l’Union internationale des télécommunications (Uit) en coopération avec l’Unicef, et son objectif principal est de connecter toutes les écoles de la planète à Internet.
Au cours des dix dernières années, Ericsson a travaillé sur le sujet important de la technologie dans l’éducation, principalement dans le cadre de l’initiative Connect to Learn (Ndlr : se connecter pour apprendre). Ericsson s’engage à créer un impact positif sur la société grâce à notre technologie, nos solutions et l’expertise de nos employés. L’inclusion numérique est un élément essentiel de notre plateforme de responsabilité d’entreprise et représente notre désir de mettre pour de bon à profit les ressources technologiques.

LIRE AUSSI:  Invasion de la chenille légionnaire: Les brigades phytosanitaires s’activent pour la lutte

La fracture numérique continue de se creuser dans certaines communautés, affectant l’accès à l’information dans les écoles et les opportunités d’apprentissage numérique. À quoi s’attendre maintenant avec l’avènement de l’initiative impliquant les deux partenaires?

Selon les données de l’Union internationale des télécommunications (Uit), 360 millions de jeunes n’ont actuellement pas accès à Internet dans le monde; un problème qui entraîne l’incapacité d’accéder à la richesse d’informations disponibles sur Internet, des ressources d’apprentissage et de croissance limitées et des opportunités limitées; les privant ainsi de la capacité d’atteindre leur potentiel.
Bien que nous disposions de statistiques générales sur l’utilisation d’Internet, par exemple, l’Uit estime que plus de 53 % de la population mondiale a utilisé Internet en 2019, contre moins de 17 % en 2005 – la cartographie nous aide à comprendre comment l’accès dans les écoles s’inscrit dans cela et où se trouvent les lacunes. La cartographie aidera également les gouvernements et le secteur privé à concevoir et à déployer des interventions numériques pour soutenir l’apprentissage ininterrompu des enfants et des jeunes.
Ericsson aidera à la collecte, la validation, l’analyse, la surveillance et la représentation visuelle des données de connectivité scolaire en temps réel. Les données générées grâce à la cartographie permettront aux gouvernements et au secteur privé de concevoir et de déployer des solutions numériques qui permettent l’apprentissage des enfants et des jeunes. Ericsson engagera également sa vaste base de clients pour faire progresser davantage les objectifs de l’initiative Giga, dans le but de fournir à chaque école une connectivité et un accès Internet.
Il est à noter qu’Ericsson et l’Unicef travaillent toujours ensemble pour évaluer les emplacements où ce programme est susceptible d’avoir le plus grand impact, et où nos équipes sont actuellement autorisées à voyager et à opérer en toute sécurité.

LIRE AUSSI:  Lutte contre la Covid-19: L’Unicef fait un important don au gouvernement

Le Bénin, également cité parmi les pays bénéficiaires de ce partenariat, porte une grande ambition de développement numérique, en particulier dans le secteur de l’éducation. Quelles sont les implications de l’initiative avec la dynamique du gouvernement béninois?

La vision d’Ericsson nous appelle à connecter les non-connectés car nous pensons que l’accès à la communication est un besoin humain fondamental. Nous pensons que les habitants des régions rurales du Bénin bénéficieront grandement de la connectivité mobile, qui augmente considérablement l’accès à l’information et aux services qui soutiennent la santé, l’éducation et les petites entreprises.
En fait, la connectivité numérique est l’une des « percées mondiales » que le projet Giga cherche à opérer. Le partenariat entre l’Unicef et Ericsson constituera la première étape essentielle dans la cartographie et la compréhension dans l’écart de connexion. L’objectif final est de combler le fossé numérique en fournissant un accès Internet à la prochaine génération, afin qu’elle puisse profiter des informations, du choix et des opportunités qu’elle apportera. En outre, le partenariat soutient le récent Programme d’action Covid-19 de l’Unicef dans lequel l’organisation a appelé à une action mondiale pour maintenir les enfants dans l’apprentissage, exigeant ainsi de donner la priorité à la connectivité Internet dans les zones rurales et éloignées.

LIRE AUSSI:  Développement du Bénin: La profession de foi du président face à la fronde sociale

En plus du partenariat mondial pour cartographier la connectivité Internet des écoles, il a été lancé le concours annuel dénommé «Ericsson Innovation Awards (Eia)» pour les étudiants, autour du thème «S’approprier le futur». Face aux défis climatiques actuels et futurs, quelles solutions comptez-vous apporter à l’univers en lançant un tel concours?

Les solutions Tic ont le potentiel d’améliorer la consommation d’énergie dans les opérations industrielles, de minimiser les impacts environnementaux négatifs et de permettre une réduction des émissions mondiales de carbone jusqu’à 15 % d’ici 2030.
Nous pensons que les jeunes sont les moteurs de l’innovation et du développement lorsqu’il s’agit de problèmes actuels urgents. C’est pourquoi, avec l’innovation au cœur d’Ericsson, nous souhaitons inviter de jeunes talents à présenter des idées innovantes lors des Ericsson Innovation Awards.
Le thème de 2020 est «S’approprier le futur», qui se concentre sur la résolution des défis climatiques actuels et futurs et principalement sur la façon dont les technologies de l’information et des communications (Tic) peuvent fournir une atténuation radicale du changement climatique pour les consommateurs et les industries?

Propos recueillis par Kokouvi EKLOU et Ariel GBAGUIDI