Musique: 20 ans de carrière pour le Gangbé Brass Band

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


S’ils avaient manqué de témérité, leur groupe aurait disparu de la carte musicale du Bénin. Mais ils ont tenu le pari, surmontant les difficultés (de la vie). Certains de ses membres ont même connu des procès et fait la prison. Le Gangbé Brass Band originel a fini aussi par disparaître. Mais sur ses cendres, un autre groupe a été érigé avec la même dénomination. Un peu comme pour dire que le Gangbé est une légende. Légende, ils le sont vraiment les Boys de la bande à Athanase Dèhoumon.

En 20 ans, plus aucun continent ne leur est étranger. Ils ont parcouru monts et vallées avec leurs cuivres. Il y a même à leur actif, cinq albums, soit une moyenne d’un album tous les 4 ans, de nombreux feats et un trophée arraché à l’occasion d’une Coupe du monde des musiques. Mais les albums, le studio, les enregistrements, ce n’est pas vraiment la tasse de thé du groupe. Gangbé est un groupe de musique. Ils sont des rois du Live. Raison pour laquelle il est difficile de voir d’un d’eux sans son instrument de musique. On dirait qu’en toute circonstance, ils se tiennent prêts pour l’emboucher à la moindre sollicitation. Et Dieu sait qu’ils en ont eu tout au long des deux décennies de vie du groupe. James Vodounnon et Lucien Gbaguidi, deux membres du groupe qui se sont prêtés aux questions de nos confrères du portail Bénincultures dans le cadre de cet anniversaire, parlent d’une «carrière très bien remplie».
«Nous avons participé à plusieurs projets de création qui ont abouti à des sorties d’albums. Par exemple, l’album sorti avec le balafoniste d’origine malienne Aly Kéita, celui avec le groupe Lo’Jo et des apparitions sur deux albums d’Angélique Kidjo», évoquant avec fierté les deux artistes. Sur scène, le groupe déborde d’énergie.

LIRE AUSSI:  Restitution temporaire ou définitive de trésors culturels: Grande victoire pour le président Patrice Talon

Une débauche d’énergie

Les concerts et spectacles du groupe Gangbé sont des moments d’animation hors pair. Une débauche d’énergie que les membres disent devoir au père spirituel du groupe, Fela Kuti de regrettée mémoire. «Notre inspiration nous vient de ce grand homme. Nous prenons sa musique que nous adaptons à la nôtre. Et le résultat est apprécié par tous les mélomanes et même par son fils Femi Kuti qui est aujourd’hui un grand ami à nous», confesse l’un des membres du groupe. D’ailleurs le 5e album du groupe «Go slow to Lagos» est «une manière de dire merci à Fela Kuti pour la place qu’il occupe au sein du Gangbé Brass Band», glisse Lucien Gbaguidi.
Et pour ses deux décennies de présence sur scène, le groupe s’offre «Atchè». Un album-anniversaire de onze titres avec un remix dénommé «Atchè» qui est une invite au respect des aînés. Cerise sur le gâteau d’anniversaire, un documentaire de cinquante-huit minutes réalisé par le Suisse Arnaud Robert. Il expose le quotidien de tous les membres du groupe Gangbé Brass Band qui veut à l’occasion, introduire les fans dans le quotidien hors de la scène de chacun des membres. Ces instrumentistes invitent également le public autour d’une série de spectacles dont le programme se présente comme suit :