Moele-Bénin : L’adresse de Jacques Ayadji après son exclusion des locales et communales

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Politique |   Commentaires: Aucun


Le président du Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) a fait une déclaration relative à son exclusion des élections locales et communales du 17 mai prochain. Ce samedi 11 avril 2020, Jacques Ayadji a fait un rappel des démarches de son parti engagé dans ce processus depuis bien des mois. Selon ses propos, le parti Moele-Bénin a reçu son récépissé provisoire le 14 mars 2020 à la Commission électorale nationale autonome (Cena), dans le cadre des élections communales. « Malheureusement, tant de jours d’efforts et de sacrifices n’ont pas suffi à nous ouvrir les portes de la compétition électorale. Certes, ce n’est que partie remise, car je reste persuadé que l’avenir nous réserve de meilleurs jours. Mais pour l’heure, il est définitivement acté que notre parti ne participera pas aux élections communales du 17 mai 2020. Ainsi en a décidé la Cena à l’issue de sa plénière du 30 mars dernier sous le prétexte d’une hypothétique absence de diverses pièces dans 230 dossiers de candidature », a justifié le président du parti Moele-Bénin, Jacques Ayadji. Cette décision, Jacques Ayadji a rappelé qu’elle a fait objet de recours à la Cour suprême. Mais celle-ci l’a également rejeté le mercredi 8 avril 2020. Ainsi, martèle-t-il, la direction du parti a pris acte du verdict de la Haute Juridiction dont les décisions sont sans recours, et s’engage à sortir un mémorandum pour démontrer à la face du monde que cette Cour s’est fourvoyée en rejetant le recours de son parti. « Le rejet, en cette période pascale de la candidature de notre parti est le gage de ce que par l’effort, Moele-Bénin redeviendra ce que les mortels n’ont pas voulu qu’il soit aujourd’hui. La lisibilité de notre Parti sur l’échiquier politique national est donc différée. Nous allons donc prendre les trois années qui viennent pour rasseoir notre organisation et faire en sorte qu’en 2023, la révélation de Moele-Bénin qui a été une première fois différée l’année dernière et une seconde fois cette année puisse avoir lieu lors des élections législatives », s’est engagé Jacques Ayadji.
Parlant des élections du 17 mai, le président de Moele-Bénin a rassuré que son parti a son mot à dire, ce mot sera compatible avec la position de ce parti qui est de la mouvance présidentielle, selon Ayadji. « La décision que nous prendrons, les consignes que nous donnerons à nos militants montreront à la face du monde que nous sommes des partenaires fidèles. Nous sommes des soutiens du président de la République et nous le démontrerons le 17 mai 2020 », informe Jacques Ayadji.

LIRE AUSSI:  Décentralisation : Le maire de Bonou sous menace de destitution

Le président du Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) a fait une déclaration relative à son exclusion des élections locales et communales du 17 mai prochain. Ce samedi 11 avril 2020, Jacques Ayadji a fait un rappel des démarches de son parti engagé dans ce processus depuis bien des mois. Selon ses propos, le parti Moele-Bénin a reçu son récépissé provisoire le 14 mars 2020 à la Commission électorale nationale autonome (Cena), dans le cadre des élections communales. « Malheureusement, tant de jours d’efforts et de sacrifices n’ont pas suffi à nous ouvrir les portes de la compétition électorale. Certes, ce n’est que partie remise, car je reste persuadé que l’avenir nous réserve de meilleurs jours. Mais pour l’heure, il est définitivement acté que notre parti ne participera pas aux élections communales du 17 mai 2020. Ainsi en a décidé la Cena à l’issue de sa plénière du 30 mars dernier sous le prétexte d’une hypothétique absence de diverses pièces dans 230 dossiers de candidature », a justifié le président du parti Moele-Bénin, Jacques Ayadji. Cette décision, Jacques Ayadji a rappelé qu’elle a fait objet de recours à la Cour suprême. Mais celle-ci l’a également rejeté le mercredi 8 avril 2020. Ainsi, martèle-t-il, la direction du parti a pris acte du verdict de la Haute Juridiction dont les décisions sont sans recours, et s’engage à sortir un mémorandum pour démontrer à la face du monde que cette Cour s’est fourvoyée en rejetant le recours de son parti. « Le rejet, en cette période pascale de la candidature de notre parti est le gage de ce que par l’effort, Moele-Bénin redeviendra ce que les mortels n’ont pas voulu qu’il soit aujourd’hui. La lisibilité de notre Parti sur l’échiquier politique national est donc différée. Nous allons donc prendre les trois années qui viennent pour rasseoir notre organisation et faire en sorte qu’en 2023, la révélation de Moele-Bénin qui a été une première fois différée l’année dernière et une seconde fois cette année puisse avoir lieu lors des élections législatives », s’est engagé Jacques Ayadji.
Parlant des élections du 17 mai, le président de Moele-Bénin a rassuré que son parti a son mot à dire, ce mot sera compatible avec la position de ce parti qui est de la mouvance présidentielle, selon Ayadji. « La décision que nous prendrons, les consignes que nous donnerons à nos militants montreront à la face du monde que nous sommes des partenaires fidèles. Nous sommes des soutiens du président de la République et nous le démontrerons le 17 mai 2020 », informe Jacques Ayadji.

LIRE AUSSI:  Campagne électorale pour les législatives du dimanche prochain: Ségbana ou l’hégémonie des Forces démocratiques unies (FDU) ?