Mise en œuvre du Pag dans le secteur de l’éducation:Les grandes actions du quinquennat pour l’enseignement secondaire

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Le sous-secteur des enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle a bénéficié de la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement au cours du quinquennat. Les différentes actions du gouvernement dans ce sous-secteur de l’éducation ont été expliquées aux enseignants des départements du Bénin par le ministre Mahougnon Kakpo.

LIRE AUSSI:  Rentrée académique 2016-2017: Le Front d’Action des Syndicats de l’Education affiche son doute

Le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle a expliqué ce qui a été fait dans le cadre du Programme d’action du gouvernement au profit de ce sous-secteur au cours du quinquennat. C’est au cours d’une tournée dans certains départements où le professeur Mahougnon Kakpo a pris langue avec les enseignants, afin de mieux les renseigner sur le niveau de la mise en œuvre du Pag dans leur secteur. Tenant à sa vision de faire du secteur de l’éducation un levier de transformation de la structure économique et du Bénin une plateforme régionale d’excellence des services du savoir, informe le professeur Mahougnon Kakpo, le gouvernement a réussi ces cinq dernières années à améliorer l’accès à l’enseignement à travers la construction de 1 034 salles de classe au profit des collèges, lycées et centres de formation professionnelle.

Il a souligné que 250 salles de classe équipées sont réceptionnées, 750 sont en cours de construction et 122 salles de classe sont en cours de réhabilitation. Mahougnon Kakpo a ajouté que 475 blocs de latrines à quatre cabines ont été construits avec la création de deux lycées d’enseignement et de formation techniques et professionnels à Bopa et à Tchaourou. La création de l’École de formation médico-sociale (Efms) de Djougou pour élargir le dispositif d’accueil des apprenants est une des réalisations à l’actif du gouvernement au cours du quinquennat.
Environ quinze milliards de francs Cfa sont investis avec l’appui des partenaires techniques et financiers dans la construction des infrastructures scolaires, a indiqué le ministre Mahougnon Kakpo. Pour le ministre, en cinq ans, le gouvernement est parvenu à l’amélioration de la coordination du secteur de l’éducation, de la qualité, de l’équité et de l’inclusivité de l’éducation. Il a aussi réussi l’adaptation du système d’enseignement aux besoins réels du pays et des entreprises, la restructuration et le repositionnement du secteur de la recherche ainsi que la promotion de l’alphabétisation et de l’éducation des adultes. L’élaboration de la carte scolaire, l’amélioration du système de gestion des vacataires, la création de l’Agence pour la construction des infrastructures du secteur de l’éducation … ont été effectives sous le quinquennat.

LIRE AUSSI:  Construction de salles de classe au profit des écoles publiques: L’Ong Autre Vie promeut l’éducation dans l’Ouémé-Plateau

Employabilité des jeunes, une priorité

« Au Mestfp, l’amélioration de l’insertion professionnelle des diplômés à travers l’opérationnalisation de la stratégie Eftp vise à inverser la tendance actuelle en orientant au moins 70 % des finissants du 1er cycle de l’enseignement secondaire général vers les spécialités de formation à l’Eftp», informe le ministre Mahougnon Kakpo. À ce titre, fait-il savoir, les études se poursuivent pour la création d’une école de formation médico-sociale à Djougou et à Allada. Un programme spécial de pré-insertion dans l’enseignement (Psie) dans le sous-secteur de l’enseignement secondaire général a été élaboré pour le compte de l’année scolaire 2019-2020 et s’étend sur neuf mois. Il a impacté 14 266 aspirants au métier d’enseignant pour un montant de 16 milliards de francs Cfa. Le ministre a rappelé qu’au cours de cette année scolaire 2020-2021, l’Agence nationale pour les prestations aux établissements scolaires publics (Anapes) a pris en main la gestion des aspirants par l’intermédiaire des agences de placement.

LIRE AUSSI:  Fusion des classes dans l’enseignement primaire public: Une mesure pour améliorer les conditions de travail

89 % de taux de réalisation des réformes

Grâce aux outils technologiques, le gouvernement a entrepris l’enregistrement de tous les établissements scolaires publics et privés, a informé le ministre Mahougnon Kakpo. Il a précisé que 2 914 établissements secondaires dont 928 (31,84 %) établissements publics et 40 de l’Etfp et 1 986 (68,16 %) établissements privés dont 267 sont de l’Etfp sont enregistrés. L’immatriculation nationale de tous les apprenants favorise, selon ses dires, le suivi de leur parcours scolaire et le transfert numérique d’apprenants entre établissements. Les réformes mises en œuvre dans le secteur ont permis, souligne le ministre Mahougnon Kakpo, de lutter contre la fraude par falsification de bulletin et/ou d’attestation de Cep/Bepc.

Elles ont aussi favorisé la gestion automatisée des emplois du temps, des absences et retards des enseignants, des heures supplémentaires, etc.
« L’État béninois a réalisé, au titre de l’année scolaire 2019-2020, plus d’un milliard de francs Cfa d’économie sur la prévision initiale de la gestion des heures supplémentaires », a apprécié le ministre. Aujourd’hui, il existe plus de dix mille épreuves et corrigés des établissements du Bénin de disciplines diverses dans une banque commune, disponible en libre consultation et téléchargement, a souligné le ministre. Les réformes ont induit le suivi et la gestion des résultats scolaires des apprenants par classe, établissement, genre, département, commune, arrondissement, ainsi que l’inscription en ligne au Bepc 2021 avec ses avantages de gain en célérité, sécurité, conformité des données recueillies et également de gain financier pour le trésor.
De la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement, le ministre retient 89 % de taux de réalisation des réformes dans le secteur et 11 % sont en cours de réalisation. Ces réformes, d’après le ministre, ont contribué à renforcer la gouvernance de l’éducation et à favoriser l’accès des populations à l’éducation. Dans les prochains mois, le ministère envisage d’autres réformes parmi lesquelles celle de l’enseignement de l’anglais, du modèle de collège, de la vie scolaire…