Médias : La transformation numérique de la presse

Par LANATION,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


S’il y a bien un secteur qui s’est vu transformé depuis l’apparition du digital, c’est bien celui de la presse. Développer une présence en ligne pour les médias traditionnels représente aujourd’hui pour les médias bien plus qu’une simple perspective de développement, un enjeu de visibilité et d’engagement digital auprès de ses lecteurs mais une offre informationnelle captive et multidirectionnelle que le public recherche depuis n’importe quels supports visuels, entre accessibilité, instantanéité et partage. A travers cet article nous montreront la transformation numérique de la presse.

La dimension numérique de la presse est devenue aujourd’hui primordiale. En termes de visibilité tout d’abord. Une information, un reportage, une interview se doit d’être en ligne si on veut que les gens en parlent, que les confrères reprennent l’information. Et, au-delà, cela permet d’aller montrer à des lecteurs potentiels les articles produits et donc à terme, de lui donner envie de s’abonner. Cela a bien évidemment changé le rapport à l’information. Le lecteur a accès quelques heures après une actualité à des premières analyses, des éditos, des interviews, des articles anglés. Très rapidement, l’internaute est saturé. Il faut donc trouver le moyen d’être plus original que les autres sur un sujet mais aussi proposer des sujets qui vont intéresser en étant les premiers à les aborder. La dimension numérique permet aussi une interactivité avec le lecteur qui n’existait pas sur le papier, sauf à travers le courrier des lecteurs.

LIRE AUSSI:  Assassinat du juge Sévérin Coovi/ 4e journée du procès (15e dossier): Des témoignages poignants sur les trois accusés du crime barbare

Les enjeux de la mutation numérique dans la presse

Le métier reste le même, il change juste de support et rend la concurrence plus rude car le lecteur a désormais accès à l’ensemble de l’offre. Aujourd’hui, via Facebook, Google, Apple News, etc., il voit la production de chaque média et peut piocher comme il le souhaite. Les nouveaux outils doivent être utilisés pour que les lecteurs potentiels voient les articles. Le principal défi, qui se retrouve est la défiance généralisée des internautes vis-à-vis des médias. Longtemps, les médias étaient la seule porte d’entrée pour avoir des nouvelles. Aujourd’hui, n’importe quelle personne, qu’elle soit politique, chef d’entreprise ou footballeur, peut s’adresser directement aux gens sur les réseaux sociaux sans passer par le filtre des médias. C’est à la fois une bonne chose car les internautes ont un accès direct à leur parole et en même temps inquiétant car l’information n’est pas passée par le tamis des journalistes, qui l’auraient vérifiée, analysée ou nuancée. Il faut se battre contre cette méfiance. Et le meilleur moyen, c’est d’être transparent. Lorsque l’on se trompe, il faut le dire et corriger.

LIRE AUSSI:  Yobo Tikba:Profession : réparatrice de fractures

Candidat 5

S’il y a bien un secteur qui s’est vu transformé depuis l’apparition du digital, c’est bien celui de la presse. Développer une présence en ligne pour les médias traditionnels représente aujourd’hui pour les médias bien plus qu’une simple perspective de développement, un enjeu de visibilité et d’engagement digital auprès de ses lecteurs mais une offre informationnelle captive et multidirectionnelle que le public recherche depuis n’importe quels supports visuels, entre accessibilité, instantanéité et partage. A travers cet article nous montreront la transformation numérique de la presse.

La dimension numérique de la presse est devenue aujourd’hui primordiale. En termes de visibilité tout d’abord. Une information, un reportage, une interview se doit d’être en ligne si on veut que les gens en parlent, que les confrères reprennent l’information. Et, au-delà, cela permet d’aller montrer à des lecteurs potentiels les articles produits et donc à terme, de lui donner envie de s’abonner. Cela a bien évidemment changé le rapport à l’information. Le lecteur a accès quelques heures après une actualité à des premières analyses, des éditos, des interviews, des articles anglés. Très rapidement, l’internaute est saturé. Il faut donc trouver le moyen d’être plus original que les autres sur un sujet mais aussi proposer des sujets qui vont intéresser en étant les premiers à les aborder. La dimension numérique permet aussi une interactivité avec le lecteur qui n’existait pas sur le papier, sauf à travers le courrier des lecteurs.

LIRE AUSSI:  Yobo Tikba:Profession : réparatrice de fractures

Les enjeux de la mutation numérique dans la presse

Le métier reste le même, il change juste de support et rend la concurrence plus rude car le lecteur a désormais accès à l’ensemble de l’offre. Aujourd’hui, via Facebook, Google, Apple News, etc., il voit la production de chaque média et peut piocher comme il le souhaite. Les nouveaux outils doivent être utilisés pour que les lecteurs potentiels voient les articles. Le principal défi, qui se retrouve est la défiance généralisée des internautes vis-à-vis des médias. Longtemps, les médias étaient la seule porte d’entrée pour avoir des nouvelles. Aujourd’hui, n’importe quelle personne, qu’elle soit politique, chef d’entreprise ou footballeur, peut s’adresser directement aux gens sur les réseaux sociaux sans passer par le filtre des médias. C’est à la fois une bonne chose car les internautes ont un accès direct à leur parole et en même temps inquiétant car l’information n’est pas passée par le tamis des journalistes, qui l’auraient vérifiée, analysée ou nuancée. Il faut se battre contre cette méfiance. Et le meilleur moyen, c’est d’être transparent. Lorsque l’on se trompe, il faut le dire et corriger.

LIRE AUSSI:  Journée internationale de la paix: Cultiver la paix par tous les moyens

Candidat 5