Masa 2020: Le coup de génie de Jospinto !

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


« Quand Dieu vous envoie l’inspiration, vous faites des choses extraordinaires». Simple et peut-être même laconique de la part d’un artiste qui sort d’un concert fort bien apprécié sur la scène Anoumabo. Même si les 4500 sièges n’ont pas été tous occupés, force est de noter la présence remarquable de spectateurs et surtout d’une forte délégation béninoise.

LIRE AUSSI:  Dans l’antichambre d’un fétiche pas comme pas les autres: Le bonheur à 15 F avec les Abikou…

Pour un concert, c’en était vraiment un et au bout des 60 minutes de prestation de l’orchestra Jospinto, le public en voulait et en redemandait encore, malgré l’heure tardive. Pour l’artiste lui-même, c’était une surprise. « Je ne m’attendais pas à une telle réaction du public, mais c’est parce que nous avons su donner le meilleur», répond José Alapini à l’état civil. Ce succès d’un soir, Jospinto le doit à son coup de génie, mais aussi à une entrée sur scène fulgurante sur un « Dougbè » qui a tôt fait lever toute la salle qui a dansé dès les premières minutes. Fidèle à sa salsa de tous les temps, l’homme et ses instrumentistes visitent rapidement le répertoire connu de l’artiste.
Changement de costume, changement de tempo. Le temps d’une petite pause, l’artiste va troquer sa veste contre un Agbada Atcho’oké (pagne tissé) un peu comme pour signifier le passage du moderne au traditionnel. Et c’est bien ce à quoi le public a eu droit. De belles sonorités traditionnelles béninoises avec une dominance du « Gangan ». Cette phase du concert, on la prenait pour la plus exquise, mais le meilleur restait encore à venir, lorsque sur le même tempo, l’artiste a visité des répertoires d’artistes ivoiriens. Dj Kerozen, Gadji Céli et autres ont vu quelques-unes de leurs compositions passées en interprétation. Un coup de génie qui a permis à Jospinto de conquérir le public ivoirien qui venait ainsi de découvrir, grâce au Masa, un autre pan du talent de ce musicien. Un coup de génie qu’il doit à une « inspiration divine » qu’il ne cesse de remercier.
Cette sorte de musique de recherche en finalisation, mais déjà expérimentée avec le public ivoirien a de beaux jours devant elle, dit-on. L’artiste a confié hors scène qu’il y travaille activement et la fera découvrir dans les jours à venir. Parallèlement, il poursuit d’autres projets musicaux, notamment son aventure avec l’orchestre Las Maravillas et le groupe Africando dont la version renaissance n’est plus qu’une question de temps?

LIRE AUSSI:  Ubi bene et Jean Adagbénon en concert: Rythmes et accords ont embrasé l’Institut français

Josué F. MEHOUENOU
(Abidjan)