Marius Tchibozo, président de la Fédération béninoise de Roller Sports: « Cette crise a un impact très négatif sur nos activités »

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubriques: Sports |   Commentaires: Aucun


Les activités de la Fédération béninoise de Roller Sports sont paralysées depuis mars à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus. Marius Tchibozo, président de ladite Fédération parle dans cette interview des difficultés, des athlètes et de la probable reprise des compétitions au niveau national.

LIRE AUSSI:  9e Marathon salésien de Parakou: William Akowanou et Bentille Alassane sacrés champions

La Nation : Comment vivez-vous cette crise au niveau de la Fédération béninoise de Roller Sports?

Marius Tchibozo : Cette crise a un impact très négatif sur toutes nos activités. Cette situation a provoqué la suspension de toutes les rencontres sportives comme les challenges Cotonou skating open, le championnat national, les sessions du Bureau exécutif. Le championnat africain que le Bénin doit accueillir aussi a été reporté.

Quel est l’impact de cette pandémie sur les athlètes ?

C’est une crise qui a créé une récession économique qui n’est pas sans conséquences sur les athlètes et leurs familles. Les athlètes sont sans entraînement depuis bientôt quatre mois, ce qui va provoquer la baisse de leurs performances.

Comment votre bureau arrive-t-il à suivre les athlètes et à tenir ses réunions pendant cette période ?

En ce qui concerne le suivi des athlètes, la direction technique met à leur disposition des vidéos via WhatsApp pour leur permettre de faire des entraînements individuels. A défaut des rencontres physiques, le comité exécutif de la fédération fait ses réunions en ligne.

LIRE AUSSI:  21es Championnats d’Afrique d’athlétisme: Le Kenya en tête, le Bénin termine à la 12e place

Comment les athlètes arrivent-ils à s’en sortir?

J’avoue que c’est difficile pour eux. Je ne pourrai dire avec exactitude la manière dont les athlètes se défendent. Car la plupart des élites sont des mineurs à la charge de leurs parents qui font de leur mieux.

La saison est-elle morte ou allez-vous reprendre après la levée de la décision du gouvernement ?

Nous avons déjà élaboré un plan de mise à niveau pour pallier les baisses de performance. Dès que les activités reprendront, nous allons continuer avec les opens. Il y aura également l’organisation du championnat national, l’organisation des tests de niveau et le championnat d’Afrique en commun accord avec la Confédération africaine de Roller Sports.