Madagascar: Crise humanitaire dans le sud du pays

Par Collaboration extérieure,

  Rubriques: International |   Commentaires: Aucun


Trois années consécutives de sécheresse combinées à une forte récession déclenchée par la pandémie du Covid-19 ont laissé un tiers de la population du sud de Madagascar dans une situation difficile. Avec un taux de malnutrition qui augmente crescendo et de nombreux enfants obligés de mendier pour aider leurs familles à manger, une action urgente est nécessaire pour prévenir une crise humanitaire.

LIRE AUSSI:  Cité interdite et place Tian anmen en Chine: Des monuments qui symbolisent la force de tout un peuple

Selon Lola Castro, directrice régionale du Programme Alimentaire Mondiale (Pam), en charge de l’Afrique du Sud et des Etats de l’océan Indien, « on a assisté au doublement du nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire entre juillet et novembre 2020. Ainsi, on est passé de 700 000 à 1 350 000 personnes, basées dans le Grand Sud de Madagascar ». « Durant la saison de pluies qui s’étend de novembre à décembre, la pluie a fait son apparition durant une seule journée », ajoute la représentante du Pam. «En revanche, les tempêtes de sable se sont multipliées et ont détruit les récoltes. » Les communautés ont peu de ressources sur lesquelles s’appuyer et beaucoup ont dû quitter leurs villages ou hameaux pour chercher de la nourriture et du travail. La voix étranglée, Lola Castro raconte que « les gens se nourrissent avec ce qu’ils trouvent : des cactus, des racines, des feuilles, des graines. Peu importe. »
La pandémie du Covid-19 a aggravé les difficultés, entraînant une disparition des emplois saisonniers alors que de nombreuses familles ont compté sur ce revenu pour traverser la période de soudure, qui culmine entre janvier et avril.
Les enfants sont les plus touchés par la crise alimentaire et 75 % d’entre eux ont abandonné l’école pour mendier de la nourriture dans les rues. Une évaluation menée par le Pam et ses partenaires à Amboasary en octobre 2020 a révélé que trois enfants sur quatre sont déscolarisés – principalement pour aider leurs parents à chercher de la nourriture.
La prévalence de la malnutrition aiguë globale chez les enfants de moins de 5 ans dans les trois régions les plus touchées (Androy, Anôsy et Atsimo Andrefana) s’élève à 10,7%. Il s’agit du deuxième taux le plus élevé dans la région de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe. Selon les dernières projections, le nombre d’enfants susceptibles de souffrir de malnutrition aiguë s’élève à plus de 135 000, dont plus de 27 000 sont classés comme graves.
Le Pam fournit actuellement une aide alimentaire à près de 500 000 personnes souffrant d’une grave insécurité alimentaire dans les neuf districts les plus touchés du Sud de Madagascar. Compte tenu de la détérioration rapide de la situation, l’agence onusienne projette de venir en aide à près de 900 000 personnes parmi les plus vulnérables. Un soutien supplémentaire sera nécessaire pour les familles en difficulté bien au-delà de la période de soudure actuelle.
L’agence de l’Onu en charge de l’alimentation a besoin d’urgence de 35 millions de dollars pour financer les distributions de vivres et les transferts d’argent ainsi que les programmes de traitement de la malnutrition pour la période de janvier à avril 2021. Cela inclut également une alimentation scolaire d’urgence pour 150.000 enfants afin qu’ils puissent être scolarisés et bénéficier de meilleures perspectives d’avenir.

LIRE AUSSI:  Sénégal:Karim Wade écope de 6 ans de prison et 138 milliards FCFA d’amende

Par Catherine Fiankan-Bokonga, Correspondante accréditée auprès de l’Office des Nations Unies à Genève (Suisse)