Lycée des jeunes filles de Parakou: Le test de grossesse obligatoire pour les apprenantes 

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Après quelques mois de vacances, l’école béninoise reprend ses droits à compter de ce lundi 28 septembre. Mais pour les apprenantes du Lycée des jeunes filles du Borgou et de l’Alibori, à Parakou, ce serait non sans avoir été soumises à un test de grossesse.

LIRE AUSSI:  Plateforme nationale de paiement électronique:Les Fintechs s’imprègnent de la portée du projet

Prévue pour ce jour, lundi 28 septembre, la rentrée se présente comme une autre épreuve pour les apprenantes du Lycée des jeunes filles du Borgou et de l’Alibori, à Parakou. Comme il est de tradition chaque année à la reprise des classes, elles seront soumises à un test de grossesse, avant d’accéder à l’établissement. Bien qu’il ait été souvent révélé négatif pour chacune d’elles, l’obligation leur est faite de le passer.

L’objectif est de continuer à avoir zéro grossesse en milieu scolaire au sein du lycée, chaque année scolaire.
« Lorsque les filles rentrent au Lycée, bien vrai que ce n’est pas les premiers jours que nous procédons au test, mais 3 à 4 semaines après la reprise des classes », a indiqué la proviseure de l’établissement, Nathalie Basilia Boko Aimavo. « Il faut leur permettre de s’installer afin que les cours puissent démarrer», a-t-elle expliqué. C’est dans le premier mois qui suit la rentrée, fait-elle observer, qu’il est procédé au test de grossesse.
Si une apprenante est enceinte, l’administration du lycée informe ses parents et elle leur est retournée. « L’établissement ne peut pas se permettre de garder une apprenante qui est enceinte», prévient la proviseure. « Mais jusqu’à présent, nous n’avons pas encore eu à détecter de pareils cas. Mais ce n’est pas pour cette raison que nous allons nous en passer. Cela les dissuade et les oblige à bien se comporter pendant les vacances, pour ne pas revenir avec des grossesses», poursuit-elle. «Nous sommes très rigoureux sur le test de grossesse », a insisté Nathalie Basilia Boko Aimavo.

LIRE AUSSI:  Plateforme nationale de paiement électronique:Les Fintechs s’imprègnent de la portée du projet