Lutte contre l’usage des stupéfiants en milieu scolaire: L’approche de la Fenapeb

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Les autorités sont en guerre contre l’usage de stupéfiants par les élèves. Le soutien de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves et d’étudiants du Bénin ne leur fera défaut pour arriver à bout de ce fléau. Cette organisation propose diverses stratégies à cet effet.

LIRE AUSSI:  Marcel Ayité Baglo, DG de l’ABeGIEF, sur la fermeture de la frontière bénino-nigériane: « Les Béninois savent désormais qu’ils doivent compter sur leurs propres forces »

La Fédération nationale des associations des parents d’élèves et d’étudiants du Bénin (Fenapeb) n’entend pas rester en marge de la lutte contre l’usage de stupéfiants en milieu scolaire.
Selon Epiphane Azon, président de cette fédération, l’allure que prend l’utilisation de la drogue dans les établissements scolaires et universitaires inquiète. Pour éradiquer ce fléau, il propose entre autres mesures de mettre fin à l’installation de buvettes autour des écoles. « Tant qu’il y a une école à proximité, il faut empêcher l’installation de buvettes. Parce que les enfants fréquentent ces lieux où beaucoup de choses se passent. On ne vend pas que de la sucrerie, on ne vend pas que de la bière… dans les buvettes », a informé Epiphane Azon. Bien d’autres produits sont cédés dans ces centres que des enfants maîtrisent, laisse-t-il entendre. Il s’étonne que des apprenants s’adonnent à la consommation de stupéfiants à l’insu de leurs parents malgré les efforts d’investissement de ces derniers pour leur scolarisation. « Nous devons tout mettre en œuvre pour éradiquer ce phénomène ou l’atténuer sensiblement », s’est-il engagé avant d’avertir que si les apprenants commencent par prendre de la drogue, leur avenir sera hypothéqué.
Il conseille, par ailleurs, aux parents de mieux assurer le suivi de leurs enfants. Le suivi scolaire doit être renforcé, insiste-t-il. Il s’agit, d’après Epiphane Azon, d’un exercice parental qui permet de freiner un certain nombre de fléaux. L’association des parents d’élèves va travailler à la sensibilisation des parents pour accompagner le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle dans cette lutte pour éradiquer ce fléau en milieu scolaire.
L’autre action que le président de la Fenapeb entend mener, c’est le combat contre la vente des bonbons et biscuits dans les établissements. « On doit en finir avec ces produits, parce que c’est à travers cela que les gens introduisent la drogue. Parfois, les enfants les prennent naïvement, d’autres y sont habitués. Il faut que ces ventes disparaissent dans les établissements », a-t-il insisté.
Epiphane Azon rappelle aussi aux enseignants et aux chefs d’établissements leur mission d’éducateurs. Ils doivent constituer des modèles pour les enfants qu’ils ont à leur charge et en conséquence éviter des comportements déviants. Lorsque des chefs d’établissements, des préfets d’études, censeurs, gardiens… fument ou lorsque dans les cantines des professeurs, toutes sortes de bières sont vendues, cela interpelle la conscience collective, d’après Epiphane Azon. Car, soutient-il, les apprenants passent plus de temps à l’école et voient les enseignants et les administratifs qui doivent être des modèles s’adonner à des pratiques peu orthodoxes. Il y a donc lieu, à en croire le président de la Fenapeb d’interdire certaines pratiques dans les établissements pour changer la donne et faire appliquer les décisions de l’autorité n

LIRE AUSSI:  Lancement des activités du Conseil consultatif du foncier: Gaston Dossouhoui présente l’instance de médiation foncière