Lutte contre les violences faites aux enfants et aux femmes:L’engagement des conseillères de l’Atacora-Donga-Collines

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Véronique Tognifodé Mèwanou a présidé, à Djougou, vendredi 9 octobre, une séance d’orientation et d’engagement des femmes élues conseillères communales et locales de l’Atacora-Donga et des Collines dans la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants.

LIRE AUSSI:  Ecole normale supérieure de l’enseignement technique à Lokossa: Des étudiants boudent le paiement de 20 000 francs de frais d’accessoires

L’engagement des élues conseillères communales et locales de l’Atacora- Donga et des Collines dans la lutte contre les violences faites aux enfants et aux femmes sonne comme une réponse adaptée face aux statistiques de 2019 et 2020 en la matière.
En effet, 762 cas de violences basées sur le genre ont été recensés au 30 septembre 2020 pour les neuf premiers mois contre 649 cas en 2019. C’est ce qui justifie l’engagement lu par Dorcas Arikohan, chef d’arrondissement de Dassa II, porte-parole des élues. Elles se sont engagées avec vigueur contre les grossesses précoces, la maltraitance, la mendicité des enfants, l’enlèvement et la séquestration des filles et des femmes, le viol, le mariage forcé et le mariage des mineures et les mutilations génitales féminines dans l’Atacora-Donga et les Collines. Pour Dorcas Arikohan, leur engagement est sans condition afin que l’enfant, la femme et la fille jouissent désormais de leurs droits.
Alimatou Shadiya Assouman salue l’engagement des femmes et espère qu’il insufflera une dynamique en vue d’inculquer dans la conscience sociale, la défense des droits et intérêts de la femme et des enfants.
Ainsi, convaincue de la détermination des élues réunies, Véronique Tognifodé Mèwanou, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, les considère comme des ambassadrices du gouvernement et des partenaires dans leurs villages, quartiers de ville, communes et départements. « Vous avez à agir sur les mentalités », leur indique-t-elle.
Issiaka Moussa Yaya, secrétaire général de la préfecture de la Donga, au nom des préfets, estime que les violences basées sur le genre sont une préoccupation permanente. Il salue donc l’implication des élues conseillères et espère que leur engagement permettra de juguler ces différents fléaux.
Joyce Sepenoo, directrice pays de Care Bénin Togo, félicite les élues pour leur mobilisation et marque sa détermination à lutter pour l’égalité des sexes. Comme les violences persistent, elle est rassurée que l’engagement des femmes apportera une valeur ajoutée à ces différents combats. « Nous sommes confiantes que les engagements pris seront tenus et sommes prêts à vous accompagner », a-t-elle rassuré, témoignant sa gratitude à la Coopération suisse et aux autres partenaires.

LIRE AUSSI:  Arlette Akouèïkou, à propos des méthodes modernes de contraception: « Lorsque la femme est bien suivie, les effets secondaires sont minimisés »