Lutte contre la traite des êtres humains: Le Bénin fait des progrès

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Bonne nouvelle pour les défenseurs des droits humains au Bénin. Le pays ne figure plus sur la liste noire des Etats-Unis en matière de traite des êtres humains. Ce progrès est salué par les Usa dans leur rapport 2018 sur la situation de traite des personnes. En attendant la publication officielle de ce document, l’ambassadeur des Etats-Unis, Lucy Tamlyn a reconnu les efforts du pays lors de la commémoration de l’indépendance de son pays, jeudi 28 juin dernier à Cotonou. 

« Je voudrais féliciter le Bénin pour les efforts qu’il déploie contre la traite des personnes. Ce qui a abouti à l’annonce à Washington de son retrait de la liste de surveillance de la traite des personnes », salue-t-elle.
En 2016 et 2017, le Bénin était encore dans le viseur des Etats-Unis en matière de traite des êtres humains. Les raisons invoquées tenaient au manque de preuves d’accroissement des efforts de lutte contre la traite des personnes et à l’absence de réformes nécessaires dans le domaine.
« Le gouvernement n’a pas fait la preuve d’un accroissement de ses efforts par comparaison à la période visée par le rapport précédent. Il a réduit le nombre de poursuites signalées, n’a pas fait état de condamnations de trafiquants et n’a pas enquêté systématiquement sur les allégations de traite des adultes, ni offert de services de protection aux victimes adultes », relèvent les Etats-Unis.
Ces points faibles sont soulevés par le directeur exécutif de l’Ong Enfants solidaires d’Afrique et du monde (Esam), Nobert Fanou Ako, qui explique que les informations sur la traite des êtres humains étaient peu renseignées. « Le Bénin ne disposait pas des statistiques relatives à la traite des personnes, encore moins de données concernant les victimes, les auteurs et les poursuites judiciaires ».
Cette fois-ci, le pays a fait des efforts pour corriger son image. « L’effort brutal que nous avons fait, c’est que quand on nous a alertés, cela a débouché sur un séminaire des parties prenantes. Cette initiative a abouti à un engagement politique assez fort du pays », explique-t-il.
Entre autres engagements, le pays a pris la résolution de soigner l’élaboration des statistiques en matière de traite des personnes afin qu’elles puissent refléter la réalité et montrer les progrès réalisés. Il s’est aussi engagé à mettre à la disposition de la justice, les auteurs de traite et à coordonner ses actions pour une lutte efficace contre le phénomène.
Selon l’Ambassade des Etats-Unis près le Bénin, le gouvernement du Bénin ne se conforme pas entièrement aux normes minimales pour l’élimination de la traite des personnes, mais il déploie des efforts notables dans ce sens. Il l’a fait, durant la période couverte par le présent rapport, en identifiant un plus grand nombre de victimes, en établissant un comité interministériel ad hoc pour coordonner les efforts de lutte contre la traite des personnes et en accroissant la formation des forces de l’ordre.
Tout en saluant ces efforts, Norbert Fanou Ako estime que le pays ne doit pas s’arrêter à ces progrès. « Sur le plan législatif, le pays doit arriver à se doter d’une loi sur la traite des personnes et déboucher sur un plan d’action», préconise-t-il.
Pour maintenir le cap, les Etats-Unis recommandent au pays « d’intensifier les efforts visant à enquêter sur les auteurs de la traite des adultes et des enfants à des fins d’exploitation sexuelle et par le travail, y inclus sur les organismes illicites de recrutement, à les poursuivre, à obtenir des condamnations et à leur infliger des sanctions appropriées». Ils insistent également sur « l’élaboration des procédures systématiques pour l’identification proactive des victimes, notamment des adultes et des personnes se trouvant dans des situations de travail forcé, et pour leur orientation subséquente vers des services de soins »?
Le bien-fondé du rapport

LIRE AUSSI:  Riposte contre l’épidémie du Vih-Sida: Le plan d’actions de Parakou en cours d’élaboration

Le rapport des Etats-Unis sur la traite des êtres humains évalue les efforts des gouvernements dans la lutte contre la traite des personnes sur les plans de la poursuite des trafiquants, de la protection des victimes et de la prévention de la traite. Il est annuel et couvre 187 pays dans le monde.
Selon le site web de l’ambassade des Etats-Unis au Bénin, son but est d’inciter à l’action et de forger des partenariats de par le monde en faveur de la lutte contre les formes modernes d’esclavage.
Le document se focalise sur les normes édictées dans la Loi de 2000 des Etats-Unis sur la Protection des victimes de la traite (Tvpa) et les normes énoncées dans le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre le crime organisé transnational visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, dit « Protocole de Palerme ». Le Bénin l’a ratifié en 2004. Les pays se retrouvant dans le viseur des Usa « peuvent faire l’objet de restrictions en vertu de la loi en matière d’aide étrangère non-humanitaire et non liée au commerce ».
Soulignons que la traite des êtres humains est relative au recrutement, au transport, au logement de personnes au moyen d’intimidations et de pressions à base de fausses promesses. Ils prennent également en compte des moyens de pression à des fins d’exploitation sexuelle. Au Bénin, la traite infantile est relative à l’exploitation sexuelle et économique et implique des centaines d’enfants.