Lutte contre la destruction massive des ressources forestières au Bénin: Le Recaseb et l’Union européenne forment 155 artisans charbonniers

Par LANATION,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Après Covè, Savè, Bantè, Tchaourou et Parakou, le Programme d’Appui Institutionnel et de Renforcement des Capacités des Acteurs du Secteur de l’Énergie au Bénin (Recaseb) a effectué, du 7 au 13 Septembre dernier, au poste forestier de la forêt classée d’Adakpalamè à Kétou, la dernière phase de la série de formations des artisans charbonniers et des agents de la Direction générale des Eaux Forêts et Chasse (Dgefc). Cette dernière étape a réuni une trentaine d’artisans charbonniers et forestiers venus des communes de Djidja, Dassa-Zoumè et Kétou.

LIRE AUSSI:  En prélude à la Journée mondiale de l’Habitat: Des campagnes de salubrité pour assainir le cadre de vie

Vendredi 11 septembre 2020 au Ceg d’Adakpalamè dans la commune de Kétou. Ils sont 155 charbonniers formés dans les différentes villes du Bénin à recevoir leurs attestations en présence des membres du Recaseb, des agents de la Dgefc et des autorités locales. C’est le couronnement d’un processus qui leur aura permis de prendre conscience de leur capacité à améliorer leur savoir-faire dans ce secteur vital de l’énergie. L’honneur est revenu au chef/Projet-Régisseur du Recaseb de rappeler le contexte de cette initiative : « nous sommes partis du constat que les artisans charbonniers ont souvent fonctionné dans l’informalité et parfois au mépris des principes de l’administration forestière. Pourtant, aucun massif forestier quel que soit son statut n’est épargné par l’activité de carbonisation. Les essences reconnues comme ayant un fort potentiel calorifique sont les plus recherchées et sont le plus souvent carbonisées à l’état vert et quel que soit leur diamètre, par des techniques archaïques ». Il explique que l’efficacité énergétique de la transformation du bois en charbon reste faible, notamment moins de 10% en raison des techniques archaïques utilisées par les artisans et qui sont prédatrices de l’écosystème naturel en plus d’être moins rentables.

LIRE AUSSI:  Négociations centrales/gouvernement : La Cstb et l’Unstb demandent le décalage de la session

Préserver les ressurces forestières

C’est pour cela qu’avec le soutien financier du 11e Fonds Européen pour le Développement, ces artisans charbonniers ont bénéficié d’un renforcement de capacités sur la technologie améliorée de la meule casamançaise. Pour le capitaine Léandre M. Lawson, chef Cantonnement forestier de Kétou représentant le directeur général des Eaux Forêts et Chasse, l’objectif semble bien atteint car, le renforcement des capacités conduit par le Recaseb sur la meule casamançaise permet aux artisans charbonniers d’utiliser peu de bois pour une grande quantité de charbon. Ce qui permettra de lutter efficacement contre la destruction massive des ressources forestières, surtout que les forestiers eux-mêmes maîtrisent désormais le processus de fabrication pour avoir été étroitement associés à cette formation. Heureux d’avoir bénéficié de cette série de formations, Sabine Coba et Francis Sonou, porte-parole des artisans charbonniers ont exprimé leur gratitude à l’endroit du Recaseb et de tous les instigateurs des ateliers pratiques dont ils ont bénéficié.
Ces attestations reçues témoignent de leurs connaissances en efficacité énergétique de la carbonisation avec la technologie de la meule casamançaise. Ils deviennent, de facto, des relais pour les autres charbonniers de leurs localités respectives. À terme, l’objectif du Recaseb est de professionnaliser l’activité de charbonnier au Bénin afin de préserver les ressources forestières. Ceci contribuera à la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag 2016-2021), à travers son Pilier N°2 « Engager la transformation structurelle de l’économie », et son axe stratégique N°4 «Amélioration de la croissance économique ».

LIRE AUSSI:  Action contre la faim: Les cantines scolaires citées en exemple

Source : Recaseb