Lutte contre la corruption et les infractions connexes: Un manuel lancé par les acteurs du programme PartiCiP II

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


« Mieux connaître la corruption pour mieux la combattre». C’est le titre du nouveau manuel sur la corruption au Bénin, lancé par les acteurs de la phase II du Programme de participation citoyenne aux politiques publiques au Bénin (PartiCiP II). C’est à la faveur d’une conférence de presse animée, mardi 30 juin dernier par les responsables du programme, Martin Vihoutou Assogba et Blanche Sonon, au siège de l’Ong Alcrer, à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Nouvelle technique de fumage de poisson: Réduire l’émission non intentionnelle des polluants organiques

Réalisé en des termes plus accessibles aux non juristes, le manuel « Mieux connaître la corruption pour mieux la combattre» a pour vocation de permettre aux acteurs de la lutte contre la corruption, notamment les gouvernants, acteurs judiciaires et de la société civile, y compris le public, de s’approprier aisément les contenus des actes de corruption et des infractions connexes qui y sont compilés. Lors du lancement du manuel, mardi dernier, ses principaux auteurs à savoir l’Association de lutte contre le racisme, l’ethnocentrisme et le régionalisme (Ong Alcrer) et Social Watch Bénin, bras opérationnels du Programme de participation citoyenne aux politiques publiques au Bénin (PartiCiP, Phase II), ont indiqué que ce manuel « inédit (…) se veut un précieux outil pour démystifier la diversité pénale de la corruption ». Ainsi, sur la base d’exemples, d’études de cas et de quizz, les caractéristiques de la corruption et des faits assimilés y ont été présentés.
Dans son propos liminaire, le président de l’Ong Alcrer, Martin Assogba, se réjouit du fait que cet ouvrage donne à tous les acteurs de la lutte contre la corruption, l’occasion d’améliorer leur action contre ce fléau en renforçant leur connaissance du phénomène, de son encadrement juridique et des mécanismes à dérouler pour mieux détecter, documenter et dénoncer les malversations financières. « Grâce à ce manuel, nous avons mené, en décembre 2019, des causeries-débats au profit de 166 représentants des Organisations de la Société civile venus de 46 communes », souligne le président de l’Ong Alcrer qui rassure que la sensibilisation se poursuivra, surtout, à l’endroit du public à travers des émissions radiophoniques.
Et pour des résultats plus probants en termes de lutte contre la corruption et les infractions connexes au Bénin d’ici les prochaines années, Martin Assogba invite non seulement les acteurs de la lutte mais aussi le citoyen lambda à acheter le manuel.

LIRE AUSSI:  Journée inter-forces armées dans le Couffo: L’aumônerie militaire engage les hommes en uniforme à resserrer les liens

Bilan à mi-parcours

Depuis le lancement de sa plateforme de lutte appelée « Anticorr », le Programme PartiCiP II a été saisi, en deux ans, de plusieurs faits de corruption. Après investigations, il a dénoncé onze présumés cas auprès des autorités judiciaires et administratives compétentes. Deux des onze dossiers dénoncés, ont été vidés par des condamnations fermes, assure Martin Assogba. Il indique que « l’un des dossiers déjà clos porte sur des cas de malversations financières à la Recette des finances des départements du Zou et des Collines. Le mis en cause a été condamné à cinq ans de prison ferme ». Le second dossier qui porte sur un détournement de 4,5 milliards F Cfa au Centre national de sécurité sociale (Cnss), poursuit-il, a été clôturé le 27 juin 2019 par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) avec la condamnation des mis en cause.
Le président de l’Ong Alcrer fait aussi savoir que l’instruction du reste des dossiers est toujours en cours. La preuve, le 5 mai dernier, il a personnellement témoigné dans l’un des dossiers au niveau de la Brigade économique et financière (Bef).

LIRE AUSSI:  Nouvelle technique de fumage de poisson: Réduire l’émission non intentionnelle des polluants organiques

Nouveaux dossiers

Le 7 juin dernier, d’autres investigations ont été lancées sur sept affaires qui ont été portées à la connaissance du Programme PartiCiP dans les communes de Cotonou,Lokossa, Abomey-Calavi, Adjohoun et bien d’autres encore. Les informations collectées au terme des enquêtes seront versées aux autorités compétentes par les acteurs du programme pour que justice soit rendue au bout du rouleau.
Rappelons que le programme PartiCiP II est conjointement mis en œuvre par l’Ong Alcrer et Social Watch Bénin depuis décembre 2012, pour la première phase. La deuxième phase du Programme a démarré en août 2017 dans soixante-deux communes des départements de l’Atlantique, du Mono, du Couffo, de l’Atacora, de la
Donga, du Zou et des Collines. Ce programme est mis en œuvre grâce à l’appui technique et financier de l’Ambassade des Pays-Bas au Bénin.