L’intellectuel en politique et la politique de l’intellectuel: Que comprendre ?

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Une journée scientifique,organisée samedi 29 février, a réuni des universitaires de la sous-région autour de deux thèmes : “L’intellectuel en politique” et “La politique de l’intellectuel”. Deux thèmes présentant deux réalités différentes, désignant respectivement un type de personne et une façon de faire.

LIRE AUSSI:  Evaluation des enseignants: Les organisations syndicales approuvent

L’intellectuel en politique a des convictions souvent nourries et façonnées par sa science. Il est plongé dans l’intellectualisme ; or les sachants sont, parfois, moins collés aux réalités, au quotidien. Mais la politique de l’intellectuel fait référence à une façon de faire, une manière de penser, qui s’accommode des théories. Ministre de la Fonction publique au Burkina Faso, c’est le Professeur Séni Ouédraogo, agrégé des facultés de Droit qui a abordé le thème “L’intellectuel en politique”. Il s’est inspiré de l’exemple de son pays en disséquant la période avant Blaise Compaoré de la période post Compaoré. Le thème “La politique de l’intellectuel : cas de l’Université de Lomè” sera ensuite présenté par le professeur Dodzi Komla Kokoroko, agrégé de Droit public et de Science politique, président de l’Université de Lomé, qui va également s’inspirer de la politique et des hommes politiques du Togo, de leur façon de faire et de leur action politique. Mais en fait, ces deux réalites sont présentes dans la plupart des pays et en l’occurrence les pays de l’Afrique francophone qui se complaisent dans les théories. Quand l’intellectuel envahit le champ de la politique, on assiste à des débats d’idées à n’en point finir. Des débats qui ont certes l’avantage d’ouvrir des pistes de réflexions, mais qui sont parfois de nature à retarder l’action.
A noter que la Journée scientifique a été organisée par l’Académie des Sciences constitutionnelle, administrative et politique (Ascap). Au terme de cette journée, il a été procédé au lancement officiel de l’ouvrage “La Constitution béninoise commentée”, du professeur Ibrahim Salami. L’œuvre a été présentée par le professeur Djibrihina Ouedraogo, agrégé des facultés de Droit à l’Université de Ouaga II (Burkina Faso). L’auteur aborde d’une part les raisons de l’échec des tentatives de révision de la Constitution depuis 1990 et d’autre part, il a opiné sur les modifications opérées dans la récente révision.

LIRE AUSSI:  Réformes au niveau de l’enseignement supérieur: Suppression annoncée du BTS, conformément au système LMD