” L’Homme est le Maître de son devenir ”: Un essai de Hounnongan-Hossou Adankanlin sur le marché béninois

Par LANATION,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


Le cercle des auteurs béninois s’agrandit. Hounnongan-Hossou Adankanlin vient de publier à Taka Éditions, à Cotonou, son premier ouvrage intitulé ” L’homme est le maître de son devenir”. Préfacé par l’écrivain Christophe Hlouin, il compte 44 pages.

LIRE AUSSI:  Mise en place de chaîne de valeur de l’élevage: « …Protéger le marché par le biais de la taxation… », suggère Vital Tchibozo

Il est intéressant, cet ouvrage dont le thème central porte sur les savoirs endogènes notamment le Fâ. Il est subdivisé en quatre parties à savoir : ” Les 12 signes (Dougan) du Fâ qui correspondent aux 12 signes de l’horoscope”, ”Les quatre signes du Fâ qui n’ont aucun rapport avec les signes du zodiaque”, ” Bref aperçu sur le Danvodoun Gnonnan Minan Tintchemi”, ”Traitement des maladies naturelles ou provoquées’’. A travers le titre de l’œuvre, l’auteur nous enseigne que le bonheur ou le malheur dépend de chaque individu.
Il précise que c’est soi -même qui crée sa richesse et non quelqu’un d’autre. Faire confiance à soi-même, c’est la meilleure manière de réussir sa vie, a-t-il indiqué. En parcourant ce livre, l’auteur rappelle les douze signes capitaux du fâ correspondant aux douze signes de l’horoscope tels lètè-mèdji (bélier), tula-mèdji (taureau), woli-mèdji (gémeaux), gbé-yèkou (cancer), losso-winlin (lion), troukpin-mèdji (vierge), abla-mèdji (balance), ka-gouda (scorpion), fou-mèdji (sagittaire), di-mèdji(capricorne), aklan-mèdji (verseau) et tchèmè-mèdji (poisson). Aussi, il aborde les quatre signes du fâ qui n’ont aucun rapport avec les signes du zodiaque. Parmi ces signes, se trouvent gbé-mèdji, yèkou-mèdji, losso-mèdji et ka-mèdji. Partant de la date de naissance de l’Homme, l’auteur Hounongan-Hossou Adankanlin montre la vertu des plantes de chaque signe du fâ, du zodiaque et de ses interdits. Les heures de prières pour invoquer les anges font partie des préoccupations majeures de l’auteur. En parlant de Danvodoun Gnonna Minan Tintchemi, l’auteur dit que c’est une divinité ancestrale mise au point par les hauts dignitaires sous le règne du roi Dako-Donou de Danxomè. C’est la divinité qui protégeait par excellence le roi.
Signalons que l’auteur donne à ses lecteurs des remèdes dont ils peuvent faire usage contre certaines maladies.
Dans sa préface, l’écrivain Christophe Hlouin dit que l’auteur est l’une des figures emblématiques de la culture béninoise et confortablement assis dans la tradition. Il ajoute qu’il valorise l’identité culturelle et cultuelle au Bénin et dans le monde entier. Selon lui, cet ouvrage est à lire par tous puisqu’il contient maints secrets d’intérêt.

LIRE AUSSI:  Crise du Covid-19: Hausse du marché des ordinateurs portables