Les 190 candidats de l’Ouémé/Plateau planchent à Porto-Novo

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Les officiels de l’Ouémé Plateau procédant au lancement des épreuves

L’examen du Brevet de technicien supérieur (Bts) session de 2028 a officiellement démarré, ce lundi 23 juillet, dans l’Ouémé et le Plateau. La composition se déroule au Collège d’enseignement général (Ceg) de Davié à Porto-Novo, centre unique d’examen retenu pour le compte des deux départements.

LIRE AUSSI:  Toilettage de la Charte des partis politiques: Une session extraordinaire sollicitée au Parlement

190 candidats répartis dans 11 salles composent au centre d’examen du Collège d’enseignement général de Davié à Porto-Novo, les épreuves du Brevet de technicien supérieur (Bts) session de juillet 2018 dans l’Ouémé et le Plateau. Ils planchent, jusqu’au vendredi 27 juillet prochain, dans cinq filières à savoir Comptabilité gestion, Banque finance d’entreprise, Management des ressources humaines, Management et action commerciale et Communication d’entreprise, renseigne le chef centre, Eudoxie Déguénon Sounouvou. 

Le top de la composition a été donné par le préfet de l’Ouémé, Joachim Apithy entouré du recteur de l’Université nationale d’Agriculture de Porto-Novo, Gauthier Biao, du directeur départemental chargé de l’Enseignement secondaire de l’Ouémé, Bertin Dansou, et du deuxième adjoint au maire de Porto-Novo, François Ahlonsou. La délégation préfectorale a lancé la première épreuve, celle de Technique d’expression écrite et orale (Teeo) dans la salle n°6 du centre d’examen du Ceg de Davié.
Cet examen du Bts session de 2018 est le dernier que l’Etat béninois organise pour généraliser désormais le système Licence master doctorat (Lmd). C’est d’ailleurs pour cela que le préfet de l’Ouémé dit s’être plié en quatre pour lancer personnellement les épreuves. Joachim Apithy conseille aux candidats de tout faire pour répondre correctement aux différentes questions à eux posées. Il faut qu’ils se concentrent sur les épreuves et se libèrent du stress pour fournir le meilleur d’eux-mêmes. Car c’est le dernier examen du Bts. Et s’ils manquent la chance de cette année, ils ne pourront plus avoir ce diplôme professionnel qui sanctionne deux ans d’études universitaires dans certaines filières techniques. Le préfet Joachim Apithy conseille aussi aux candidats de ne pas tenter de tricher, de relire les copies avant de les remettre aux surveillants de salle. Il souhaite un taux de réussite de 99,99% pour ce centre unique des départements de l’Ouémé/Plateau à défaut d’atteindre l’objectif de 100%.
Le recteur de l’Université nationale d’Agriculture de Porto-Novo, pour sa part, loue aussi la sérénité des candidats. Gauthier Biao leur a demandé de tenir grand compte des conseils avisés et de bon père de famille que leur a prodigué le préfet. Mais le recteur de l’Una se préoccupe beaucoup plus de l’après-réussite de ces candidats au Bts. Il les exhorte à valoriser leur diplôme en prenant le risque de se lancer dans l’auto-emploi. L’avenir et la clé du développement personnel se trouvent dans l’entreprenariat et non en travaillant dans la Fonction publique ou pour autrui, conseille le recteur Gauthier Biao.

LIRE AUSSI:  Nouvelle tarification des communications électroniques: Pénible adaptation des populations