Léonide Isidore Gbaguidi, président de la Fédération béninoise de Gymnastique:« L’année 2020 a été difficile, nous n’avons pas fini de payer nos dettes »

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubriques: Sports |   Commentaires: Aucun


L’année 2020 n’a pas été une année blanche à la Fédération béninoise de Gymnastique en dépit de la suspension de toutes les activités sportives à cause du coronavirus et de l’absence des subventions de l’Etat. A travers cette interview, Léonide Isidore Gbaguidi, président de la Fédération béninoise de Gymnastique parle des difficultés rencontrées en 2020 et annonce les activités prévues en cette année 2021.

LIRE AUSSI:  Chan Maroc 2018: Place aux matches des quarts de finale

La Nation : Le coronavirus a empêché le bon déroulement des activités en 2020. Comment avez-vous pu gérer cette année spéciale sans subventions ?

Léonide Isidore Gbaguidi : 2020 a été pour tout le mouvement sportif et notamment pour la Fédération béninoise de Gymnastique (Febegym), une année particulièrement difficile en raison de la pandémie du Covid-19. On avait démarré normalement l’année avec la participation des athlètes au Championnat d’Afrique de Gymnastique aérobic qui s’est tenu en mars 2020 à Sharm El Sheikh en Egypte. Ils ont gagné au total 18 médailles. C’est après cette prouesse que les mesures de suspension ont été prises en Conseil des ministres. Nous nous sommes alors conformés strictement à ces mesures. Nous avons gardé le contact avec nos athlètes et leurs parents. Différents exercices leur ont été donnés, en ligne, par les entraîneurs sous le contrôle de la direction technique nationale en vue de maintenir leur niveau. En gymnastique, 2020 n’a pas été une année blanche en dépit de l’absence des subventions de l’Etat.
Vous imaginez que cela n’a pas du tout été facile pour les acteurs de la gymnastique béninoise. Nous n’avons pas fini de payer les dettes liées à ces activités. Etant une jeune fédération, nous sommes comme victimes de notre efficacité et de nos performances.

LIRE AUSSI:  Après le 6e Championnat d’Afrique de wushu: Les médaillés béninois reçoivent les hommages de la nation

Comment aviez-vous accueilli la levée de la suspension des activités sportives ?

La levée de cette suspension a été très bien accueillie par tous les acteurs, notamment les athlètes et les entraîneurs. Cela a été un soulagement pour tous. Le stress était à son paroxysme. Car les activités de maintien n’équivalent pas aux entraînements et les entraînements ne sont pas synonymes de championnats. Mais, nous devons travailler en tenant désormais compte de l’existence du Covid-19. En d’autres termes, nous devons respecter les mesures de prévention mises en place par les autorités sanitaires. Car, il faut bien être en vie avant de faire le sport.

Comment vous vous êtes organisés pour reprendre vos activités ?
La reprise des activités a été progressive. Le Bureau exécutif a d’abord, juste après la levée de la suspension, tenu une réunion pour faire le bilan de la situation et discuter des mesures à prendre pour une reprise sans conséquences sur les athlètes. Ensuite, une autre réunion tripartite a eu lieu entre le comité exécutif, la direction technique et tous les bureaux des commissions techniques. Ce qui nous a permis de discuter des détails techniques de la reprise des activités. Cette réunion de travail s’est vite transformée en une séance de formation en préparation physique, anatomie, physiologie, psychologie, théorie de l’entraînement, développement à Long Terme des Performances de l’Athlète (Dltpa ou Dlta), etc. Nous nous sommes donc entendus sur la marche à suivre par tous les entraîneurs de la Febegym. Après cela, tout le staff technique a été invité à évaluer l’état des équipements rangés au magasin depuis mi-mars 2020. Enfin, un communiqué a été publié par mes soins invitant tous les acteurs à la reprise des activités.

LIRE AUSSI:  Fonctionnement des clubs de Football: Damissa Fc, nouveau-né de la famille du sport-roi

Parlez-nous de votre plan de travail de l’année 2021 ?

Les activités prévues pour 2021 sont multiples et multiformes. Parlant sincèrement, nous avons trop de soucis financiers pour nous y engager comme à l’accoutumée. N’ayant pas reçu de subventions en 2020 et pas encore en 2021 et ayant préparé et participé au Championnat d’Afrique 2020, nous avons des dettes qui ne sont pas payées à cette date. Bien que, en tant que président, je me sois arrangé pour les paiements des dettes comme les billets d’avion pour 10 personnes, les frais d’hôtel en Egypte, l’entretien des athlètes et entraîneurs, etc., certains événements ont été reportés de 2020 à 2021 par la Fédération internationale de Gymnastique (Fig) ou l’Union africaine de Gymnastique (Uag). Nous devons participer à un championnat international en Egypte au début du mois de mai prochain. Nous devons nous y engager déjà ce mois de mars pour permettre au Comité d’organisation de prévoir les hôtels et la logistique.
Nous avons également le Championnat d’Afrique de Trampoline, Double Mini Trampoline et Tumbling qui se tiendra en Namibie. Le Bénin sera présent à l’Assemblée générale de l’Union africaine de Gymnastique et celle de la Fédération internationale de Gymnastique cette année 2021. Il y a une académie de Trampoline que le Bénin doit abriter et une autre de Gymnastique Acrobatique qui sera abritée par le Burkina Faso ou le Bénin. Plusieurs camps de formation d’entraîneurs et des sessions de formation de juges sont programmés.

LIRE AUSSI:  Préparatifs aux préliminaires de la coupe de la Caf: Energie Fc revient satisfait de sa tournée togolaise

Quel appel avez-vous à lancer aux gymnastes dans un contexte où ils doivent observer désormais les gestes barrières ?

Je remercie la famille de la Gymnastique béninoise, notamment les athlètes pour le sacrifice qu’ils consentent. Et, je demande à toutes et à tous de respecter les gestes barrières et de ne pas hésiter à faire le dépistage qui est gratuit.