Leadership féminin: Promouvoir le savoir-faire des jeunes filles et femmes

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Les jeunes à l’école du leadership féminin. C’est à travers une conférence-débat organisée ce jeudi 29 novembre par Wildaf-Bénin et la Fondation Konrad Adenauer, à la Chaire Unesco de l’Université d’Abomey-Calavi autour du thème « la femme doit être un modèle ». Il s’agit d’outiller les participantes sur des valeurs indispensables au développement personnel.

LIRE AUSSI:  Approvisionnement en eau potable dans le Borgou: Des hauts et des bas dans les communes

La Fondation Konrad Adenauer et Wildaf-Bénin promeuvent les parcours inspirants pour les filles et femmes du Bénin. La conférence-débat initiée dans ce sens encourage les jeunes à donner corps à leur rêve et à aller de l’avant. Elle offre les clés du leadership féminin aux participantes et vise à réveiller le modèle de réussite qui sommeille en elles.
C’est un cadre de dialogue élargi aux figures féminines d’influence du continent. « Nous avons souhaité offrir par le témoignage de grandes figures féminines béninoises et africaines, des modèles inspirants de leadership et d’excellence pour les jeunes filles et les femmes et susciter l’engagement des décideurs à promouvoir cette ascension », explique la coordonnatrice de Wildaf, Françoise Sossou Agbaholou.
« Nous voudrions susciter chez les jeunes filles béninoises une motivation profonde pour le développement de l’estime de soi, les aider à entrer dans un processus de conception d’une vision professionnelle pour leur avenir, à acquérir une autonomisation et à occuper leur place au sein de la société », développe-t-elle.
La conférence se veut un cadre de réflexion, « de déclenchement d’un processus transformationnel et d’engagement pour une occupation plus grande des jeunes filles et des femmes dans les différents secteurs qui animent la vie d’une nation ».
Le défi est majeur au regard des disparités qui touchent les filles et les femmes. Là-dessus, le constat que fait le représentant résident de la Fondation Konrad Adenauer, Florian Karner est sans appel. « La situation de la femme ne s’améliore pas et se dégrade de plus en plus en faveur des hommes ; elles ne sont pas assez promues et valorisées dans la société à cause de certains paradigmes», relève-t-il. Elles sont les premières victimes de l’arrêt prématuré de la scolarité. « Sur 700 millions d’adultes analphabètes vivant sur notre planète, plus de 2/3 sont des femmes », fait-il savoir.
Beaucoup de gaps s’observent également dans les domaines de l’éducation et de la santé de reproduction.
La question est préoccupante et doit être abordée de fond en comble, estime le professeur titulaire de la Chaire Unesco, Noël Gbaguidi. Convaincu de ce que la femme scolarisée et formée tire toujours son épingle du jeu, il encourage la promotion de l’éducation et la lutte contre la corruption, et préconise des solutions liées à la levée des barrières sociologiques limitant les femmes.
Les plaidoyers qui seront formulés à la fin des travaux permettront d’engager le gouvernement dans la dynamique d’une scolarisation accrue des filles et de leur maintien à l’école. L’engagement de l’Assemblée nationale en ce qui concerne « la poursuite de l’adoption et l’application de mesures législatives et des mesures temporaires spéciales en faveur d’une forte représentativité des femmes dans les sphères décisionnelles » est vivement souhaité.
Le gouvernement prend la mesure de l’enjeu. C’est l’assurance donnée par la représentante de la ministre de la Microfinance et des Affaires sociales, Mireille Capo selon qui, le gouvernement ne ménagera aucun effort pour soutenir la dynamique des deux structures organisatrices de la conférence-débat.

LIRE AUSSI:  Fusillade à la Coopérative d’aménagement rural de Koudo: Six blessés graves et trois motos incendiées