Le ministre des Affaires étrangères face aux ambassadeurs accrédités : Aurélien Agbénonci expose la nouvelle vision diplomatique du Bénin

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci entouré du secrétaire général du ministère, Hermann Araba et de son directeur de cabinet Fréjus Bocco, a rencontré mardi 14 juin, dans l’enceinte de son département, le corps diplomatique accrédité au Bénin. C’est Dahini Tsukahara, ambassadeur du Japon près le Bénin et doyen du corps diplomatique qui a parlé au nom de ses pairs.

LIRE AUSSI:  Salimane Karimou, ministre des Enseignements maternel et primaire: « Les communautés ont repris confiance vis-à-vis de l’école publique »

Le message du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci sur la nouvelle vision des autorités du Nouveau départ pour la diplomatie béninoise, les grandes questions d’actualité et les préoccupations des membres du corps diplomatique accrédités au Bénin. Voilà les éléments qui ont meublé mardi 14 juin, la séance de briefing entre le ministre et ses hôtes.

Cette rencontre qui était la première formelle entre le nouveau patron de la diplomatie béninoise et les ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques accrédités au Bénin a été conviviale puisque chacune des deux parties l’a bien appréciée. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération qui la suggère bimestrielle a reconnu que la diplomatie constitue un domaine réservé du chef de l’Etat.
La rencontre, selon Aurélien Agbénonci, est un creuset d’échange d’informations qui permettrait d’établir des contacts directs, de resserrer les liens entre la famille diplomatique sous la dynamique du Nouveau départ. «Nous ajusterons au fur et à mesure et elle pourra même devenir trimestrielle étant bien entendu que, selon les circonstances, il peut y avoir des séances extraordinaires ». Cela dit, il a développé son propos autour des questions nationales, de l’orientation de la diplomatie dans le contexte du Nouveau départ et des rapports entre le corps diplomatique, celui consulaire et le ministère.
Pour le ministre des Affaires étrangères, le rayonnement et la mobilisation des ressources dans le cadre de la coopération pour le développement du pays font partie intégrante des grandes lignes de la politique étrangère du gouvernement. Il s’agit ici, souligne-t-il, de renouer avec la dignité par le travail et sur la base des orientations du chef de l’Etat.
Il appartient au gouvernement d’améliorer la gouvernance pour rassurer les partenaires, révèle
Aurélien Agbénonci qui promet pour les semaines à venir la révision de la carte diplomatique, donc des mouvements diplomatiques sans précédent. « Nous voulons travailler avec vous afin de bénéficier de votre savoir-faire, car nous sommes recrutés pour travailler et les dossiers ne doivent plus trainer. », conçoit-il.
Dahini Tsukahara, doyen du corps diplomatique, pour sa part, a répondu au ministre que le corps diplomatique a bien apprécié l’initiative de la rencontre. Cette rencontre, souligne-t-il, est très importante. « Elle est très utile pour saisir la politique gouvernementale et le point de vue sur ce qui se passe au Bénin », a relevé le doyen du corps diplomatique.
S’agissant des questions nationales exposées par le ministre Aurélien Agbénonci, elles ont porté essentiellement sur les modalités de fonctionnement du gouvernement. Là, il a dressé un bref aperçu de l’état des lieux, présenté quelques réformes avant d’évoquer les actions déjà réalisées. En attendant les 100 jours pour établir un bilan d’étape, le ministre a expliqué que le fonctionnement du gouvernement est simple. Dans la mesure où, développe-t-il, la composition a été allégée, le processus de prise de décision est participatif et l’obligation de reddition de comptes est établie. De façon générale, a fait observer Aurélien Agbénonci, la prise de pouvoir a été saluée par le peuple et la communauté internationale n’a pas manqué d’envoyer des félicitations dont le ministre s’est dit fier. ?

LIRE AUSSI:  Sécurité et santé du travailleur: Une préoccupation essentielle pour salariés et employeurs