Lancement de la rentrée 2020-2021 à l’Uac: Le recteur appelle à maintenir le climat de paix”

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


La rentrée académique 2020-2021 est officiellement lancée à l’Université d’Abomey-Calavi. La traditionnelle cérémonie solennelle a eu lieu, mercredi 28 octobre dernier à l’amphithéâtre Idriss Itno Déby, en présence des membres du conseil rectoral, d’une délégation des corps professoral et administratif et d’une représentation d’étudiants. A l’occasion, le recteur Maxime da Cruz appelle à «maintenir le climat de paix ».

LIRE AUSSI:  Dégel de la fronde sociale: Les enseignants du supérieur retournent dans les amphis dès ce jour

La perpétuation du climat de paix à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). C’est la priorité du recteur Maxime da Cruz pour cette année universitaire dont la cérémonie de lancement solennelle a eu lieu, mercredi 28 octobre dernier.
Pour le recteur de l’Uac, Maxime da Cruz, il y a de quoi se réjouir. «Avec la collaboration de tous les acteurs de la communauté universitaire, l’année académique 2019-2020 est allée à son terme en dépit des différentes crises», a-t-il fait remarquer… Il invite tous les acteurs et partenaires de l’Uac à rester dans la même dynamique. « Travaillons à maintenir constamment un climat de paix. C’est un gage de succès et de progrès. L’équipe rectorale et moi, nous nous engageons à inscrire notre démarche dans la consultation des partenaires sociaux pour toute question ayant trait à l’animation de la vie universitaire.

C’est un engagement pris et il restera ainsi», assure le recteur de l’Uac. Maxime da Cruz appelle enfin toute la communauté universitaire au respect des gestes barrières et salue les laboratoires qui contribuent à la riposte à la crise par la fabrication de gels et de dispositifs de lavage des mains.
Après avoir salué les efforts du rectorat dans la conduite des affaires de l’université et le dialogue préventif, le représentant des étudiants a relevé quelques situations pénibles en l’occurrence la difficulté pour les étudiants de suivre les cours sur la plateforme dédiée à l’enseignement à distance. A l’en croire, l’utilisation de cette plateforme pose des problèmes de connexion, d’équipements et d’incompréhension des cours… Par conséquent, les étudiants ont suggéré une reprise en présentiel. Il évoque également les faux frais créés chaque année et déplore les agissements hostiles de certains chefs de départements ainsi que le décret portant nomination des chefs d’entité… Il a enfin invité le recteur de l’Uac à plaider pour plus de social dans les services octroyés aux étudiants.

LIRE AUSSI:  Examen du BTS 2015: François Abiola galvanise la troupe

Une université forte

A sa suite, Gérard Agossa, représentant du personnel administratif a salué le recteur de l’Uac pour son sens d’écoute et son bon cœur. Il énumère au titre des acquis de l’année écoulée, le rétablissement de l’assurance maladie, l’amélioration du cadre de travail, les travaux de construction pour pallier le manque d’infrastructures, la nouvelle convention…Le représentant de l’intersyndicale du personnel enseignant de l’Uac, Cyr Eténé, a également félicité l’équipe rectorale pour avoir élaboré un plan d’aménagement. Peignant les réalités universitaires, il fait savoir : « Une université doit être forte, indépendante, riche de son savoir, de ses enseignants et de ses étudiants. Une université doit être un laboratoire… Malheureusement les impératifs financiers ou le manque de volonté nous forcent à laisser de côté certaines convictions». Précarité, privatisation de l’accès à la science, course au poste de recteur sont autant de maux qui, à en croire le représentant de l’intersyndicale, gangrènent l’Uac. L’intersyndicale n’a pas manqué d’encourager les enseignants dans leur prise de position contre la nomination des chefs d’entité et l’achat de conscience.
Comme à l’accoutumée, la cérémonie solennelle de lancement de la rentrée académique 2020-2021 a été marquée par une conférence inaugurale. Le thème de cette année est : ” La recherche portant sur la personne humaine”. La conférence a été animée par Flore Gangbo, professeur titulaire en Histologie, Embryologie, Cysto-génétique, enseignante à la Faculté des sciences de la santé.