Lancement de la commercialisation des amandes de karité: L’espoir d’un lendemain meilleur pour la filière

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Non classé |   Commentaires: Aucun


La campagne 2020-2021 de commercialisation des amandes de karité a été ouverte, hier mardi 15 septembre à Gogounou, dans le département de l’Alibori. C’est la ministre de l’Industrie et du Commerce et son homologue en charge de l’Agriculture, qui ont coprésidé la cérémonie de son lancement.

LIRE AUSSI:  Conventions de financement entre le Bénin et l’Union européenne: 30,6 milliards F Cfa pour la compétitivité, l’énergie et la paix

Filière intégrée à fort potentiel de création de valeur ajoutée, le karité se bat pour se faire une place aux côtés du coton, de la noix d’anacarde, du soja et du palmier à huile au Bénin. Prévue pour s’achever le 31 mai 2021, la commercialisation de ses amandes au titre de la campagne 2020-2021 a été ouverte, hier mardi 15 septembre à Gogounou, dans l’Alibori, par la ministre de l’Industrie et du Commerce, Alimatou Shadiya Assouman et celui de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Cossi Dossouhoui.
A l’occasion, la ministre du Commerce a exhorté les acteurs de la filière à plus de rigueur et de sérieux dans la mise en œuvre des différentes décisions qu’ils ont prises de commun accord avec le gouvernement. Ces mesures, selon elle, visent à permettre une meilleure réussite de la campagne et de celles à venir. Le gouvernement, a-t-elle assuré, a pris à son niveau les dispositions nécessaires pour qu’il en soit ainsi. Il a interdit l’exportation des amandes par voie terrestre. La Police républicaine a été d’ores et déjà instruite aux fins de veiller au respect de cette mesure. De même, le gouvernement a appelé les acteurs au respect des textes en vigueur en République du Bénin, sous peine de sanctions.
Le lancement de la présente campagne a été l’occasion de faire, avec l’ensemble des acteurs de la filière, le bilan de celle écoulée. Il a également permis de prendre des engagements pour le développement de la filière et celui du Bénin. Ainsi, lors de la campagne 2019-2020, le Bénin a exporté environ 120 082 tonnes d’amandes avec une recette estimée à 26 418 040 000 F Cfa.

LIRE AUSSI:  Don de l’ambassade de Chine à la Céna: Du matériel de protection pour les bureaux de vote

Défis

Il a également exporté 162,8 tonnes de beurre de karité pour une recette de 142 450 000 F Cfa.
Malgré ces performances, a indiqué le ministre de l’Industrie et du Commerce, plusieurs défis restent encore à relever pour le développement de la filière au Bénin. Il s’agit de la gestion durable de la ressource karité, de la plantation et de la protection des parcs, des difficultés d’accès aux parcs dans certaines zones pour le ramassage des fruits de karité, de la régulation de l’accès à la ressource et des modalités de son exploitation. Les questions liées aux infrastructures, équipements et matériels de production et de transformation, au renforcement des capacités d’action de la jeune interprofession, aux interventions complémentaires des partenaires techniques et financiers et aux services spécifiques aux acteurs de la filière sont les autres défis.
Le ministre Gaston Cossi Dossouhoui a félicité les différents acteurs de la filière pour leurs efforts soutenus pour maintenir le Bénin dans le top 5 des pays africains producteurs des amandes de karité. Il a, par ailleurs, insisté, sur la transformation locale pour apporter de la valeur ajoutée à la filière. Le président de l’Interprofession karité Bénin, Gilles Adamon, a quant à lui fait remarquer la volonté du gouvernement de promouvoir la filière, comme en témoigne son classement au rang de filière émergente dans son programme d’action.
Tel que le Conseil des ministres du gouvernement l’a adopté en sa séance du mercredi 2 septembre dernier, le prix plancher d’achat au producteur est fixé à 100 F Cfa/ kg n