Journée mondiale des sols: L’appel à une gestion durable des ressources

Par Babylas ATINKPAHOUN (Stag),

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Le monde entier célèbre, ce jour 5 décembre, la Journée mondiale des sols. A cet effet, le directeur de cabinet Bonaventure Kouakanou, au nom du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche s’est adressé à la Nation. Il exhorte les populations à une gestion durable des ressources en sol.

LIRE AUSSI:  Atelier sur l’inventaire de la gestion des gaz à effet de serre: Le 1er rapport biennal actualisé du Bénin en étude

« Le sol est l’endroit où tout commence. Peu de gens savent que les sols sont une ressource non renouvelable. Il faut plus de mille ans pour faire un centimètre de sol. Cela signifie que dans notre vie, tout le sol que nous voyons est tout ce qu’il y a ».C’est par ce rappel de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (Fao) que le directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a voulu faire comprendre aux populations l’importance du sol et tout le soin qui doit l’entourer pour sa préservation. « Malheureusement, cette ressource importante est de plus en plus menacée de dégradation, du fait des facteurs naturels mais aussi et surtout des activités anthropiques. Pourtant, on n’y pense pas ou du moins, on ne s’en rend pas suffisamment compte », déplore Bonaventure Kouakanou qui implore les populations à en prendre désormais soin. C’est d’ailleurs dans cette optique que la communauté internationale a institué la journée des sols afin d’attirer l’attention sur son importance et préconiser la gestion durable de cette ressource.
La 6eédition qui se célèbre aujourd’hui est placée sous le thème « Empêchons l’érosion des sols, protégeons notre avenir». Elle vise à mettre l’accent sur l’érosion des sols, qui est l’une des plus grandes manifestations de la dégradation des terres par l’eau, le vent ou le travail du sol dont le Bénin n’est pas épargné. Le directeur de cabinet fait savoir que les terres agricoles sont les plus menacées. Et ne pouvant pas rester indifférent, le gouvernement à travers plusieurs ministères dont celui de l’Agriculture a mis en place un dispositif de suivi permanent de l’environnement et de lutte contre les activités dégradantes des terres. Bonaventure Kouakanou indique qu’en ce qui concerne le ministère de l’Agriculture, il est prévu dans le plan stratégique du développement du secteur agricole, la gestion durable des terres et des écosystèmes aquatiques. A l’en croire, la mise en œuvre de cette composante contribuera à l’atteinte de la cible 3 des Objectifs du développement durable 15, notamment la neutralité de la dégradation des terres. Ainsi, a-t-il souligné, des efforts sont faits sur le terrain pour aider les agriculteurs à se tourner vers les bonnes pratiques de gestion durable des terres qui permettent de lutter contre l’érosion des sols, la perte de la fertilité des sols, afin d’augmenter les rendements agricoles. A cet effet, ceux-ci ont bénéficié de conseils agricoles spécifiques sur les bonnes pratiques agricoles afin d’éviter la déforestation, l’utilisation abusive des pesticides et herbicides non homologués, les cultures sur brûlis qui constituent les principales causes de l’érosion des sols au Bénin..

LIRE AUSSI:  Transhumance transfrontalière entre le Sahel et les pays côtiers: De nouveaux engagements pour la mobilité en toute sécurité du bétail