Journée mondiale des droits des femmes: Anna Teko rehausse la célébration des Ddaep du Mono et du Couffo

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La célébration des droits des femmes, le 8 mars de chaque année, a été rattrapée pour le compte de cette année hier, jeudi 18 mars, au niveau des directions départementales de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche du Mono et du Couffo.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale des toilettes: Plaidoyer pour un accès universel à l’hygiène et à l’assainissement

Autour du thème : «Leadership féminin pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19», la célébration des droits de la femme a eu lieu hier, à Lokossa, pour le compte des directions départementales de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Ddaep) du Mono et du Couffo. Sous la houlette de Léonie Lisboa et ses collègues du Comité d’organisation, la célébration a été marquée par les riches enseignements relatifs à la thématique développée par Sylvie Fanou Gbaguidi de la direction départementale en charge des Affaires sociales. A l’en croire, en dehors de ce que les femmes doivent veiller à ne pas être des vecteurs de l’introduction de la Covid-19 dans leurs ménages, la thématique les invite à faire preuve de leadership et de douceur tel le miel coulé dans le calice de la vie pour en adoucir l’amertume.

« Égalité au niveau des droits oui mais pas au niveau des sexes », a prôné Sylvie Fanou Gbaguidi. En l’appuyant, le deuxième adjoint au maire de Lokossa, le représentant du préfet du Mono, le député Euric Guidi ainsi que la Ddaep Mono-Couffo ont exhorté le personnel féminin à la réflexion pour l’autonomisation effective de la femme sur les plans économique et social. A ce niveau se trouve, selon eux, l’enjeu de la célébration de la journée des droits de la femme. Dans la même veine, la vedette de gospel, Anna Teko a exhorté les femmes à la compréhension, voire la complémentarité par rapport à leurs conjoints pour la stabilité de la société et l’élévation en milieu professionnel. Native de Lokossa, elle a fait son adresse en kotafon, avant de gratifier les femmes de deux morceaux à la gloire de Dieu en qui il faut placer sa confiance. Également, l’attention a été portée au cours de cette célébration sur « Les contraintes de la femme intellectuelle dans l’exercice de sa fonction » et « Les contraintes de la femme rurale au cours de sa fonction ». Des témoignages des femmes en situation ont permis à chacun des participants de se faire son opinion.

LIRE AUSSI:  Théâtre dans les lycées et collèges: Comédiens et metteurs en scène amateurs s’arment contre l’incivisme