Journée mondiale de la terre: En guerre contre les sachets plastiques

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun

Sandra IDOSSOU, Présidente de l'engagement Action Sociale

La campagne de sensibilisation des populations sur les méfaits des sachets plastiques s’est poursuivie, samedi 24 avril, avec pour objectif de sensibiliser les populations sur la nécessité de préserver la planète. Initiative de Sandra Idossou, à travers un éco running, elle s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la terre, commémorée le 22 avril dernier.

LIRE AUSSI:  Reboisement à Malanville: Plus de 500 plants mis en terre par la mairie


« Restituons à la terre ce que nous lui avons pris ». C’est autour de ce thème de la journée mondiale de la terre qu’un spécial éco running a été organisé, samedi 24 avril à Cotonou.
Initiative de Sandra Idossou, présidente de l’association Engagement et Action sociale, la campagne de sensibilisation contre la pollution de l’environnement à travers l’éco running a mobilisé un parterre d’acteurs d’organisations de la société civile, d’entreprises et d’artistes. La campagne est partie du Centre de promotion artisanale à Cotonou avec trois groupes sur des itinéraires différents, sur un parcours de quatre à cinq kilomètres environ. À l’arrivée, chaque groupe a ramené dans son sac à poubelle des sachets plastiques jetés çà et là dans la ville de Cotonou notamment sur les axes menant de la Bourse du travail au Hall des arts en passant par les places Bulgarie et l’Etoile rouge, l’avenue Steinmetz, l’avenue du Canada…
Il s’agit, selon Sandra Idossou, d’une activité particulière. Celle qui entre dans le cadre de la journée mondiale de la terre célébrée dans cent quatre-vingt-deux pays où tout le monde entier s’est mobilisé pour sensibiliser sur l’urgence de protéger la terre. « On a organisé cette activité pour montrer que la terre mérite qu’on s’en occupe. Tout comme on s’occupe de notre santé, notre santé dépend de la planète, de l’environnement dans lequel on est », a expliqué l’organisatrice de l’éco running. Pour Sandra Idossou, c’est une énième activité pour responsabiliser la population sur les comportements individuels que chacun doit avoir pour protéger la terre. « La terre d’il y a cent ans, deux cents ans, ce n’est pas cette terre qu’on a aujourd’hui. Nous l’avons abimée par nos comportements, par nos façons de surconsommer, par la façon dont nous utilisons les énergies et aujourd’hui il faut restaurer à la terre ce que nous lui avons pris en évitant par exemple les sachets plastiques », insiste-t-elle. C’est dans ce cadre que se tiennent les différents éco running qu’elle organise afin de sensibiliser les participants eux-mêmes ainsi que les populations. Car, précise Sandra Idossou, quand on parle du développement d’un pays on a besoin d’être en bonne santé et la bonne santé va avec l’environnement dans lequel l’on vit. Son souhait est que les gouvernants prennent des mesures pour protéger tout ce qui touche à l’environnement.

LIRE AUSSI:  Reboisement à Malanville: Plus de 500 plants mis en terre par la mairie