Journée mondiale de la pneumonie: Sensibiliser les populations pour éviter la maladie

Par Désiré GBODOUGBE,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun


Journée mondiale de la pneumonie: Sensibiliser les populations pour éviter la maladie

Demain jeudi 12 novembre, le monde va célébrer la Journée mondiale de la pneumonie. Décrétée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), elle a pour but principal de sensibiliser les populations sur cette maladie.

LIRE AUSSI:  Prévention de la mortalité infantile: Un séjour de 48 heures obligatoire pour les accouchées

La pneumonie est responsable de millions de décès chaque année et plus particulièrement des enfants. Ces décès peuvent être évités si les symptômes étaient pris en compte à temps et les traitements administrés rapidement.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la pneumonie tue chaque année plus que le SIDA, le paludisme et la rougeole réunis. Près de 1,8 million d’enfants de moins de 5 ans décèdent ainsi tous les ans de la pneumonie, soit un toutes les 20 secondes. En Afrique, la pneumonie est la deuxième cause de décès des moins de cinq ans, après la diarrhée. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) estime que la pneumonie tue chaque jour plus de 4 000 enfants.
Cette institution définit la pneumonie comme une inflammation des poumons habituellement causée par une infection. Les pneumonies peuvent également être provoquées par l’inhalation d’irritants comme les vomissures, des liquides ou des produits chimiques. Lors d’une pneumonie, les alvéoles des poumons se remplissent de liquide ou de pus qui entrave le transfert d’oxygène dans le sang par les poumons.
La pneumonie se présente sous différentes formes avec des spectres de gravité qui varient grandement. Il y en a fondamentalement quatre types: la pneumonie extra-hospitalière; la pneumonie; la pneumonie d’aspiration; et la pneumonie opportuniste. Les personnes en bonne santé âgées de moins de 65 ans auront rarement des complications graves à la suite d’une pneumonie. Les personnes atteintes d’affections pulmonaires chroniques ou dont le système immunitaire est affaibli, courent généralement un risque plus élevé de pneumonie.

LIRE AUSSI:  Atelier préparatoire de la Chaire écosanté sur pollution urbaine: Les outils pédagogiques du programme « Air sain » validés

Causes de la pneumonie

Les symptômes de la pneumonie peuvent varier en fonction de sa cause et de l’état de santé général de la personne atteinte. La pneumonie provoque toujours une toux, et celle-ci est souvent productive, c’est-à-dire qu’elle s’accompagne d’expectorations. Des expectorations d’un brun rougeâtre, vertes ou jaunes peuvent être un signe d’infection bactérienne. La présence de crachats peu épais et blanchâtres est un indicateur possible de pneumonie causée par un virus ou un mycoplasme.
Les causes les plus courantes de pneumonie sont des infections causées par : des bactéries – la cause la plus fréquente de pneumonie chez les adultes; des virus – la pneumonie à virus concerne surtout les enfants; des mycoplasmes – ces micro-organismes aux caractéristiques de virus et de bactéries causent des infections moins graves; des micro-organismes opportunistes – une menace pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Mode de transmission

La plupart des formes de pneumonie sont transmises de la même façon que la grippe ou le rhume banal, c’est-à-dire par le contact des mains et par de fines gouttelettes projetées par la bouche et le nez. En fait, les mêmes virus qui causent le rhume et la grippe peuvent aussi causer la pneumonie. Lorsqu’un de ces virus infecte la gorge, les sinus ou les voies respiratoires supérieures, il s’agit d’un rhume. Si le virus atteint les poumons, c’est la pneumonie.
Les bactéries qui sont présentes en permanence dans la gorge de nombreuses personnes causent certaines des formes les plus graves de pneumonie. Dans des conditions normales, le système immunitaire combat efficacement ces bactéries. Par contre, si le système immunitaire est affaibli par un virus présent dans le pharynx, ces bactéries peuvent envahir les voies respiratoires. La pneumonie bactérienne est le plus souvent causée par la bactérie Streptococcus pneumoniae.
Outre les maladies infectieuses, la pneumonie peut être causée par des substances chimiques qui pénètrent dans les poumons et y provoquent de l’inflammation. La pneumonie par aspiration est causée par l’aspiration accidentelle d’aliments, de vomissements ou d’acide gastrique dans les poumons. La substance aspirée peut devenir infectée ou elle peut enflammer les poumons et causer une consolidation (les alvéoles pulmonaires s’emplissent de liquide).

LIRE AUSSI:  Dr Mabou Ahokpossi, médecin de santé publique: « L'éducation à la sexualité s'impose déjà à partir de la petite enfance »

Traitement et Prévention

La pneumonie bactérienne peut être traitée à l’aide d’antibiotiques, tout comme la pneumonie causée par les mycoplasmes. Il est extrêmement important de prendre les antibiotiques exactement selon la prescription du médecin et de terminer le traitement au complet, même si vous vous sentez mieux.
Il existe quatre moyens de prévenir la pneumonie. Le premier, c’est d’adopter un régime alimentaire riche en fruits et en légumes, de rester en bonne forme physique et de dormir suffisamment. Ces mesures aident à préserver la résistance du système immunitaire.
Le deuxième moyen, c’est la vaccination. Il n’existe pas de vaccin contre la plupart des formes de pneumonie, mais les deux formes les plus courantes peuvent être prévenues à l’aide de vaccins.
Le troisième moyen de prévenir la pneumonie est de consulter le médecin lorsqu’une toux continue de s’aggraver après 3 ou 4 jours.
Le quatrième moyen d’empêcher la propagation des virus et des bactéries pouvant causer la pneumonie consiste à se laver les mains de la bonne façon et fréquemment ou à employer un désinfectant pour les mains.
Pour les enfants et nouveau-nés atteints de pneumonie, insiste l’OMS, l’accès anticipé aux antibiotiques efficaces, appropriées et abordables, ainsi que l’oxygénothérapie peuvent être un sauvetage. Plus largement accessibles et utilisés correctement, ces interventions existent pourraient protéger et sauver les vies de milliers d’enfants et les nouveau-nés.
Il est également fait appel à l’amélioration des pratiques de santé, d’hygiène et de nutrition par la promotion de l’allaitement exclusif, le lavage des mains, la réduction de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations et l’administration de suppléments de zinc aux enfants lors d’épidémies de diarrhée.