Journée internationale des arts plastiques: Pour une reconnaissance du mérite des artistes

Par Isidore Alexis GOZO ( Stag),

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun| 421 lecteurs


La Fédération des associations professionnelles de plasticiens et graphistes du Bénin (Faplag-Bénin) a marqué d’une pierre blanche, la célébration de la Journée internationale des arts plastiques. A l’occasion, Serge Mikpon, artiste plasticien et spécialiste de la récupération a entretenu les journalistes sur l’importance des artistes et des arts plastiques dans la vie de l’homme.

LIRE AUSSI:  Galerie Girot :Le talent artistique féminin célébré «A la croisée des Chemins»

« Arts plastiques et récupération », c’est le thème de la 6e édition de la journée internationale des arts plastiques.Selon l’artiste Serge Mikpon, l’art a de tout temps été le miroir de l’époque et de la sensibilité des hommes qui le vivent. Il note que cette journée constitue un creuset de reconnaissance des performances des artistes plasticiens et du rôle qu’ils jouent au sein de la société. Selon lui,  l’organisation de cette conférence-débat va ouvrir les horizons pour les artistes plasticiens. Il laisse entendre que la récupération d’objets s’est rendue utile à l’art pour être le reflet d’une société actuelle où la surconsommation et les gaspillages dictent leur loi. « Je suis un artiste engagé et je  fais toutes sortes de représentation dont les animaux, les objets, les hommes pour dénoncer tout ce qui est anormal dans la société. L’artiste est fait pour dénoncer un certain nombre de faits afin d’amener la société à être plus juste », a-t-il complété.
Serge Mikpon indique que redonner vie à un objet ou à un matériau destiné à la destruction ou à la disparition est devenu une préoccupation pour maints créateurs en arts plastiques. Il précise que c’est bien là, la force et la puissance d’un détournement savant. Il invite les décideurs à  promouvoir et à vulgariser les arts plastiques et graphiques afin de susciter des jeunes talents, donner une formation académique de base aux artistes locaux et renforcer les capacités techniques et artistiques des artistes.
En détournant les matériaux ou des objets qui ont déjà servi ou non, de leur usage habituel pour en faire des sculptures ou des tableaux, les artistes donnent un sens aux devises «Faire du beau avec du vieux » et «redonner corps et vie à ce qui est voué à la mort ou à la disparition».

LIRE AUSSI:  5è édition du festival des arts et de la culture "FACI":La culture Idaasha célébrée à Dassa-Zoumé