Journée internationale de la femme: Les femmes de l’Onip invitées à impacter leur environnement

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La salle de conférence de l’Office national d’imprimerie et de presse (Onip) a servi de cadre, hier lundi 8 mars, à la célébration de la Journée internationale de la femme. A l’occasion, le personnel a suivi une conférence-débat sur le thème « Leadership féminin au service du développement de la société et des familles ». L’objectif est d’expliquer à la gent féminine son importance dans le développement de la société ainsi que les actions phares qu’elle doit poser pour impacter positivement son environnement.

LIRE AUSSI:  Cour d’appel de Parakou: Les défis et priorités du nouveau procureur général

La célébration de la Journée internationale de la femme à l’Office national d’Imprimerie et de presse (Onip), sous l’égide du Syndicat des travailleurs, s’est articulée autour du leadership féminin. Un thème développé par Johanne Fanou, consultante en Harmonie des foyers, assistée par Adélaïde Houndékon, socio-anthropologue.
Mais avant la communication, le directeur général par intérim, Bertin Sowakoudé, a adressé un message de soutien et d’encouragement à toutes les femmes et spécialement celles de l’Onip pour le rôle important qu’elles jouent dans le développement du pays. S’appuyant sur le passage de la création dans le livre de la genèse, il a rappelé que malgré tous les biens matériels qui l’entouraient, l’homme n’était pas épanoui. Il a fallu la création de la femme pour son plein épanouissement. La preuve, aujourd’hui, plus de 50% de femmes interviennent dans les instances de prise de décision de l’office. Il appelle les femmes à continuer à impacter positivement leur milieu de vie et de travail car, souligne-t-il, une femme qui est bien au foyer ne serait que productive sur son lieu de travail.

LIRE AUSSI:  Crise sanitaire mondiale: Comment les religions abordent la Covid-19 au Bénin

Le leadership se crée

Dans son développement, Johanne Fanou, consultante en Harmonie des foyers, a fait savoir que le leadership féminin est l’impact que la femme a sur son environnement. Selon elle, les femmes ne sont plus à l’ère de la revendication de leurs droits parce que les hommes n’ont jamais remplacé les femmes et ne le feront jamais. La communicatrice précise que le leadership féminin est quelque chose qui se crée. Elle bat également en brèche l’idée selon laquelle la femme leader est une femme de mœurs légères qui ne veut pas rester au foyer.

Selon elle, tout dépend de l’attitude que la femme même adopte en société et les objectifs qu’elle s’est fixés. Sans langue de bois, elle affirme que la femme doit reprendre sa place dans la société. « Cessons de défendre des droits inutiles et levons-nous pour défendre notre cause. Le leadership, c’est quelque chose que l’on vit », lance-t-elle. A l’en croire, les femmes ont la capacité de changer le monde et elles n’ont pas besoin d’être en conflit permanent avec leurs époux. « Aucun homme ne peut empêcher une femme d’accomplir sa destinée. C’est à la femme de savoir où elle va et de travailler pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés sans bruit et avec intelligence », a-t-elle ajouté. Elle recommande tout de même à la femme d’être soumise à son époux mais en même temps d’être intelligente.
Adélaïde Houndékon, socio-anthropologue et consultante en genre, a tenu à remercier tout le personnel de l’Office pour avoir honoré de sa présence ladite manifestation. Elle souligne la nécessité pour la femme de reconnaître sa place dans la société. A l’en croire, ce sont les petites résolutions qui amènent les grandes.
« Aujourd’hui, nous allons choisir comme principe de leadership, de faire le bien. Car choisir de faire le bien, c’est connaître soi-même et ses capacités », s’engage-t-elle, au nom des femmes.
Adélaïde Houndékon reconnait qu’il y a des freins qui empêchent les femmes de savoir qui elles sont. Et ces freins viennent de la socialisation et de l’éducation reçue. Tout en rappelant que les hommes et les femmes sont complémentaires, elle invite ces dernières à jouer convenablement leur rôle pour l’harmonie de la société.