Journée internationale de la femme: La condition féminine préoccupe à la Céna

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Pour une première fois, la Commission électorale nationale autonome a célébré, hier lundi 8 mars, la Journée internationale de la Femme. A l’occasion, elle a organisé une rencontre de réflexions sur la promotion et la protection des droits de la femme, en l’occurrence dans un contexte marqué par la crise sanitaire.

LIRE AUSSI:  Tissage au Bénin: Un métier qui renaît de ses cendres

Instant d’échanges et de réflexions… La célébration de l’édition 2021 de la Journée internationale de la femme a été l’occasion pour les femmes de la Cena de se réjouir mais surtout de réfléchir sur la condition féminine dans le monde, au Bénin, au sein de leur structure, et d’évaluer les défis qui sont les leurs. A l’entame de cette commémoration placée sous le thème : « Femme leader dans un contexte de Covid-19 », le président de la Cena, Emmanuel Tiando, a exprimé son respect au personnel féminin de la structure pour sa contribution au bon accomplissement des missions de l’institution. Il se réjouit tout aussi du thème choisi pour la commémoration et oriente les échanges : « Je voudrais vous exhorter à ne pas manquer d’explorer dans vos réflexions, la condition de la femme au sein de notre structure et à mettre également en exergue les effets de la crise sanitaire de la Covid-19 sur le leadership féminin », a-t-il indiqué. Pour la vice-présidente de la Cena, Geneviève Boco Nadjo, porte-parole des femmes de la Cena, cette commémoration revêt un sens particulier. « C’est pour la première fois dans l’histoire de la Cena, que nous commémorons le 8 mars…

LIRE AUSSI:  Préparatifs des examens de fin d’année au Cs La Paloma: L’Ong""Vie pour tous""au secours des candidats démunis

Et nous les femmes, cette journée nous donne l’occasion d’évaluer les actions menées pour réduire les inégalités basées sur le genre avec pour corollaires : les violences, le manque d’autonomisation, la sous-représentation aux postes de décisions, l’analphabétisme, la pauvreté des femmes… », a-t-elle souligné.
Au regard des défis à relever, la vice-présidente de la Céna fait remarquer qu’il reste à faire pour atteindre l’Objectif de développement durable 5 qui est de parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles. En outre, la survenance de la Covid-19 vient davantage compromettre les efforts de la femme qui voit ses revenus s’amenuiser alors que la charge de travail augmente.

C’est pourquoi Geneviève Boco Nadjo a invité ses paires à ne pas baisser les bras mais à redoubler d’ardeur pour faire briser les barrières de l’inégalité, en dépit du contexte sanitaire.
« C’est à bon droit, qu’ensemble, nous nous organisons pour repousser les limites de la discrimination à l’endroit des femmes, discrimination nourrie et entretenue par nos us et coutumes en dépit des grandes avancées enregistrées par notre pays en matière de promotion et de protection des droits de la femme », conclut la vice-présidente de la Cena .