Journée africaine des droits de l’homme 2020: Faire taire les armes et approfondir la culture des droits de l’Homme

Par LANATION,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: 1


La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples est entrée en vigueur le 21 octobre 1986. Chaque année à cette date, cette date historique est rappelée au souvenir collectif à travers déclarations et manifestations. Cette année, pour le compte du Bénin, Isidore Clément Capo-Chichi, président de la Commission béninoise des droits de l’Homme a délivré un message dont nous vous proposons ici lecture intégrale.

Lire l’intégralité du message du président de la Cbdh !

LIRE AUSSI:  Ratification de prêts au Parlement: Plus de 73 milliards F Cfa pour des routes et la santé

Le 21 octobre 1986, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples est entrée en vigueur. Elle constitue la base du système africain des droits de l’homme, et porte les aspirations profondes et légitimes des peuples africains. Elle pose la fondation d’un système pertinent et cohérent de promotion et de protection des droits fondamentaux de la personne humaine dans tous les Etats africains, membres de l’Union Africaine.

Le 21 octobre de chaque année, au-delà d’une simple célébration, offre à la communauté africaine l’occasion de se rappeler les objectifs et la finalité de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples. Par-dessus de tout, il s’agit de repréciser les engagements des Etats africains pour l’épanouissement et le bien-être des peuples africains et ceci dans la dignité.

Dans cette perspective, en ma qualité de Président de la Commission béninoise des droits de l’homme, je me joins à tous les défenseurs des droits humains du continent et du monde entier pour célébrer les droits de l’homme sur notre continent sous le thème retenu cette année 2020 : « Faire taire les armes et approfondir la culture des droits de l’homme ».

LIRE AUSSI:  Non déclaration de biens à la fin de leur fonction au gouvernement: Les onze ministres de Boni Yayi qui ont violé la Constitution (Décision Dcc 16-137 du 08 septembre 2016)

Notre conviction profonde est que la promotion et la protection des droits humains sont et demeureront une quête perpétuelle que seul la réflexion et le dialogue, quels que soient les enjeux et les acteurs du moment, permettront de garantir l’efficacité de nos actions.

L’Article 7 de la Constitution de notre Pays, le Bénin énonce que : « Les droits et des devoirs proclamés et garantis par la Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples adoptée en 1981 par l’Organisation de l’Unité Africaine et ratifiée par le Bénin le 20 janvier 1986 font partie intégrante de la présente constitution et du Droit béninois ».

Notre espoir en cette journée africaine des droits de l’homme est que chaque citoyen Béninois puisse avoir une meilleure compréhension de ses droits fondamentaux et de la manière de les revendiquer dans le respect des Lois de la République.

Les valeurs énoncées dans la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et qui fait partie intégrante de la constitution du Bénin que sont : l’amour de la patrie, le respect du bien public, le respect des droits de la personne humaine sont également des valeurs sur lesquelles nous veillons au sein de la Commission béninoise des droits de l’homme.

LIRE AUSSI:  Réalisation du Programme d’action du gouvernement: Les grands projets exposés aux acteurs des Btp

Le devoir à accomplir sera accompli dans le respect des Lois de la République et pour garantir en toutes circonstances les droits de l’homme au Bénin.

C’est sur cette note d’engagement que j’invite tous les acteurs étatiques et non étatiques, engagés dans la chaine de protection des droits humains à agir à tout instant et en toute circonstance pour la paix et la stabilité de notre pays, Le Bénin.

Que vivent les droits humains au Bénin!

Et que vive le Bénin !

Je vous remercie !

Cotonou le 21 Octobre 2020,

Isidore Clément CAPO-CHICHI

Président

Commission Béninoise des Droits de l’Homme.